Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Le veau sous la mère tire le bilan de la crise

Les veaux sous la mère qui étaient prêts à partir ont finalement pu globalement être mis en marché pendant la période du confinement. Les boucheries artisanales ont joué un rôle important dans la gestion de cette crise.

veaux sous la mère
© F.Alteroche

« Nous nous sommes relativement bien sortis de cette période de crise du coronavirus, qui se présentait comme très difficile pour les éleveurs de veaux sous la mère » analyse Jean-Pierre Soularue, président du Comité interprofessionnel du veau sous la mère (Civo)

Quand le confinement a été annoncé, et qu’un certain nombre de rayons traditionnels de la grande distribution ont été fermés, les éleveurs ont été très inquiets. Ce secteur représente environ 1/3 des débouchés pour les veaux sous la mère. Et les veaux qui sont prêts à partir ne peuvent pas être stockés en élevage (contrairement à ce que l’on peut faire avec des vaches de boucherie pendant quelques semaines).

Peu d'animaux ont bénéficié de la dérogation demandée à l'INAO

Une dérogation a été demandée à l’INAO pour pouvoir temporairement augmenter de 10 kilos le poids et allonger d’un mois l’âge des veaux sous Label Rouge. « Cette dérogation a finalement concerné très peu d’animaux. Mais elle a été très importante pour soutenir moralement les éleveurs qui étaient dans l’incertitude » observe Jean-Pierre Soularue.

En effet, petit à petit, les boucheries traditionnelles ont monté en activité durant la période de confinement. Certaines ont accru leurs achats de veau sous la mère de 20 à 30 %, quand d’autres ont réussi déjà à maintenir leur niveau d’activité. Et les veaux prêts à partir ont pu être mis en marché. « Nous sommes reconnaissants envers les boucheries pour tout le travail qu’elles ont réalisé pendant cette période de confinement  et pour avoir sensibilisé les français à la situation des éleveurs de veaux sous la mère » souligne Jean-Pierre Soularue.

Les cours n’ont pas pu par contre satisfaire tous les éleveurs. « Les veaux haut de gamme, destinés à la boucherie traditionnelle, correspondent à une demande, et trouvent leur place sur le marché » constate Jacotte Libeau, animatrice de l’association Le veau sous la mère. C’est un produit très exigeant, qui permet de bonnes ventes et de maintenir les marchés sur toute l’année. « Mais les veaux sous la mère de moindre qualité entrent en concurrence avec le veau de boucherie, un secteur qui est en plus en très grande difficulté économique actuellement. »

L’opération de promotion pour la viande de veau à la Pentecôte orchestrée par Interbev clôt cette période particulière. La météo, avec le très beau temps de ce week-end, n’est pas des plus favorables à la consommation de viande de veau, malgré les efforts de communication déployés pour inciter à la cuisiner en mode « été ». « Nous voulons mettre en place un travail de fond, au sein de chaque organisme de gestion, pour sensibiliser le secteur de la restauration haut de gamme  » explique Jean-Pierre Soularue.

 

Le MODEF demande au gouvernement, dans un communiqué du 28 mai 2020, un soutien pour le veau de lait sous la mère, avec  notamment l’instauration d’un  prix plancher à 8,50 €/kg qui tient compte des coûts de production et du revenu des producteurs, l’arrêt des importations de veau, l’activation du Fonds National de Gestion des Risques Agricoles (FNGRA) par le biais du régime des calamités agricoles afin d’indemniser les éleveurs qui sont confrontés à des pertes économiques en raison du coronavirus.

 

Lire aussi : [Covid-19] Une situation compliquée pour les viandes de veaux

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande