Aller au contenu principal

Baisse des tonnages de viande bovine vendus en grande distribution

La grande distribution maintient sa position de premier vendeur de viande bovine (785 000 téc en 2017), mais les tonnages commercialisés par les différentes enseignes sont en net recul entre 2014 et 2017 : -6 % en seulement trois ans.

graph évolution des ventes de viande bovine dans la grande distribution
Evolution des ventes de viande bovine en GMS
© Réussir

Réalisée par l’Institut de l’élevage à la demande d’Interbev, la réactualisation en fin d’année 2018 de l’étude Où va le bœuf visant à connaître l’évolution quantitative et qualitative des principaux débouchés pour la viande de gros bovins en utilisant pour cela les données statistiques de l’année 2017 est une mine d’informations. Sans grande surprise, la grande distribution maintient sa position de premier vendeur de viande bovine (785 000 téc), mais on apprend que les tonnages commercialisés par les différentes enseignes sont en net recul entre 2014 et 2017 : -6 % en seulement trois ans. Cette même étude indique que la plupart des différentes catégories de gros bovins sont présentes dans les linéaires de la grande distribution avec une large prédominance de viande française. La part de la viande importée n’est pas nulle, mais modeste et correspond souvent à des opérations ponctuelles de promotion. Parmi les autres grandes évolutions constatées, il convient également de citer la part accrue de la viande transformée, notamment quand il s’agit de viande VBF (+8 %) et la contraction de la part des JB – déjà bien modeste en 2014 – en grande distribution. Les travaux de l’Institut de l’élevage font également état d’une proportion légèrement supérieure de viande issue de femelles allaitantes et en particulier de génisses relativement légères type « babynettes ». À signaler toutefois que 2017 a été une année où les importations françaises de viande bovine ont été historiquement basses dans la mesure où les abattages français ont été dynamiques. Depuis, le contexte a évolué compte tenu de la réduction des disponibilités pour les abatteurs français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
Ces bœufs âgés de 20 mois ont été hivernés en plein air avec une ration essentiellement pâturée et seront mis à l’engrais en cours d’été pour être abattus à partir de décembre.  © F. d'Alteroche
« L’herbe est pâturée le plus longtemps possible »
Avec 57 vêlages par an et la finition en bœufs de 30 mois de tous ses mâles, Jean-Pierre Bousseau mise d’abord sur le pâturage…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande