Aller au contenu principal

Daniel Tirat, un opposant à la multiplication des labels

Daniel Tirat, directeur général de Bjorg, Bonneterre & Cie de 2014 à 2019.
© E. Soudan

Pendant cinq ans, Daniel Tirat a occupé le poste de directeur général de Bjorg, Bonneterre & Cie. Durant cette période, il a propulsé les trois marques françaises de la société sur le devant de la scène, tant dans les magasins spécialisés qu’en grande distribution. Daniel Tirat considère que les deux modes de distribution ont leur rôle à jouer. « Les innovations sont souvent mieux accueillies et les PME peuvent plus facilement émerger en magasins spécialisés, du fait de la largeur de gamme. Une offre aussi large est impossible en grande distribution. À l’inverse, la grande distribution apporte une pénétration conséquente pour nos marques et participe à la démocratisation des produits bio. » Il considère toutefois qu’il faut rester vigilant sur ce développement, car certains peuvent avoir tendance « à se faciliter la vie en tirant vers le bas le cahier des charges ». « La bio doit faire attention à garder ses spécificités, au risque de dévaloriser son cahier des charges et d’apporter de la confusion dans l’esprit des consommateurs », estime-t-il. « La multiplication des labels par exemple rajoute de la surenchère. Recycler le logo AB est une mauvaise idée. Cela serait habiller les intérêts individuels d’une vertu collective », conclut-il. Désormais à la tête de l’activité fromages AOP du groupe coopératif laitier Sodiaal depuis le 6 mai, Daniel Tirat va relever de nouveau défi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Farmerwashing
Des faux agriculteurs sur les emballages : l'art du farmerwashing en bio
Des marques « trichent » sur leur image bio en mettant en avant des photos de prétendus agriculteurs sur leurs emballages, a…
Agriculture bio : l’Inrae prépare le changement d’échelle
La bio peut-elle devenir majoritaire en 2030 ? C’est une question que se pose l’Inrae. L’Institut de recherche mène actuellement…
Bio : La Commission européenne autorisée à rouvrir des négociations d’accords commerciaux avec certains pays tiers
Les Marches
Le Conseil de l’Union européenne a donné son accord à la Commission pour ouvrir des négociations avec un certain nombre de pays…
Stockage de l’eau : le parcours du combattant pour créer des bassines
Portail Reussir
Afin de permettre aux agriculteurs de faire face au changement climatique, le Varenne de l’eau lancé par Emmanuel Macron veut…
Désherbage : « Nous réglons spécifiquement la herse étrille pour chaque parcelle »
Grandes Cultures
Alexandre Baudry, agriculteur à Vaudescincourt (Marne), met un soin particulier à adapter la vitesse d'avancement et le degré d'…
Treffler - La herse étrille TS peaufinée
Machinisme
Le spécialiste du désherbage mécanique Treffler apporte quelques améliorations à sa célèbre herse étrille TS.
Publicité