Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Benoît Soury, monsieur Bio de Carrefour

Benoît Soury, directeur marché bio chez Carrefour.
© N. Gouhier

À 53 ans, Benoît Soury, ancien directeur général de La Vie Claire, est devenu directeur marché bio chez Carrefour en mai 2018. Après avoir commencé sa carrière au service d'un distributeur de confiseries, puis lancé un réseau de franchises pour des produits irlandais, Benoît Soury entre dans l'univers du bio en 1994 en intégrant Distriborg. Il prend en 2001 la direction générale du spécialiste de la distribution des produits bio, La Vie Claire. Ancien élu à la chambre de commerce et d'industrie de Lyon, il a également occupé la présidence de Natexbio (Fédération des transformateurs et distributeurs bio) de 2013 à 2018. Chez Carrefour, il devient l'un des piliers de la stratégie du PDG, Alexandre Bompard, qui veut faire de son groupe le leader de la transition alimentaire. Pour Benoît Soury, le bio français a tout son potentiel. « On peut imaginer passer des 120 euros par personne et par an constatés l’an dernier en France, aux 200 euros des Allemands. Le levier de croissance est donc encore important, et ce, sur les produits secs, les produits frais et les fruits et légumes. Le bio représente 5 % de la consommation alimentaire en France, il y a encore une bonne marge de progression. »

Des filières qualité conventionnelles

Pionnier des partenariats avec le monde agricole avec ses Filières Qualité conventionnelles mises en place il y a plusieurs décennie, Carrefour dispose aujourd’hui de l’appui de 18 000 agriculteurs. Certains de ces partenaires de longue date souhaitent aujourd’hui passer au bio. « Nous les accompagnons dans leur projet d’une nouvelle production biologique. Notre objectif pour 2019 est de proposer à nos clients 20 à 25 nouvelles filières bio, reprend Benoît Soury. Et en 2021, nous envisageons de proposer plus de 10 millions de litres de lait bio à nos clients. » Carrefour soutient la conversion et la production, grâce à des contrats longs sur cinq ans, ainsi que via l'éventuel préfinancement des aides à la conversion versées par l’Europe et l’État.

Les plus lus

Horsch - Les bineuses Transformer à système de guidage intégré
Machinisme
La gamme de bineuses à dents Transformer VF de Horsch comprend quatre modèles de 6 à 12 m d’envergure.
Horsch - Des herses étrilles de 6 à 15 mètres d’envergure
Machinisme
Horsch dévoile la herse étrille Cura ST intégrant un dispositif de réglage de la pression au sol des peignes.
Les règles se durcissent pour l’alimentation des porcs bio
Porc
Au 1er janvier 2021 pour les porcs bio de plus de 35 kg, au 1er janvier 2025 pour les plus petits, l’alimentation devra être à…
Steketee – Réglage électrique des éléments bineurs
Machinisme
La firme néerlandaise Steketee, propriété du groupe Lemken, propose un dispositif électrique assurant le réglage automatique et…
Samo - Largeur de binage variable pilotée depuis la cabine
Machinisme
Samo propose le VarioChop qui permet d’ajuster la largeur de binage entre les rangs.
Horsch - Les couverts végétaux détruits avec le Cultro TC
Machinisme
Le Cultro TC, le rouleau Faca de Horsch, est disponible en 3 et 12 mètres d’envergure.
Publicité