Aller au contenu principal

Benoît Soury, monsieur Bio de Carrefour

Benoît Soury, directeur marché bio chez Carrefour.
© N. Gouhier

À 53 ans, Benoît Soury, ancien directeur général de La Vie Claire, est devenu directeur marché bio chez Carrefour en mai 2018. Après avoir commencé sa carrière au service d'un distributeur de confiseries, puis lancé un réseau de franchises pour des produits irlandais, Benoît Soury entre dans l'univers du bio en 1994 en intégrant Distriborg. Il prend en 2001 la direction générale du spécialiste de la distribution des produits bio, La Vie Claire. Ancien élu à la chambre de commerce et d'industrie de Lyon, il a également occupé la présidence de Natexbio (Fédération des transformateurs et distributeurs bio) de 2013 à 2018. Chez Carrefour, il devient l'un des piliers de la stratégie du PDG, Alexandre Bompard, qui veut faire de son groupe le leader de la transition alimentaire. Pour Benoît Soury, le bio français a tout son potentiel. « On peut imaginer passer des 120 euros par personne et par an constatés l’an dernier en France, aux 200 euros des Allemands. Le levier de croissance est donc encore important, et ce, sur les produits secs, les produits frais et les fruits et légumes. Le bio représente 5 % de la consommation alimentaire en France, il y a encore une bonne marge de progression. »

Des filières qualité conventionnelles

Pionnier des partenariats avec le monde agricole avec ses Filières Qualité conventionnelles mises en place il y a plusieurs décennie, Carrefour dispose aujourd’hui de l’appui de 18 000 agriculteurs. Certains de ces partenaires de longue date souhaitent aujourd’hui passer au bio. « Nous les accompagnons dans leur projet d’une nouvelle production biologique. Notre objectif pour 2019 est de proposer à nos clients 20 à 25 nouvelles filières bio, reprend Benoît Soury. Et en 2021, nous envisageons de proposer plus de 10 millions de litres de lait bio à nos clients. » Carrefour soutient la conversion et la production, grâce à des contrats longs sur cinq ans, ainsi que via l'éventuel préfinancement des aides à la conversion versées par l’Europe et l’État.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Farmerwashing
Des faux agriculteurs sur les emballages : l'art du farmerwashing en bio
Des marques « trichent » sur leur image bio en mettant en avant des photos de prétendus agriculteurs sur leurs emballages, a…
Agriculture bio : l’Inrae prépare le changement d’échelle
La bio peut-elle devenir majoritaire en 2030 ? C’est une question que se pose l’Inrae. L’Institut de recherche mène actuellement…
[Tech&Bio 2021] Passerelles entre agriculture bio et conventionnelle : l'expérience de la coopération
Dans le cadre du salon Tech & Bio et à l’occasion du lancement d’un recueil d’initiatives coopératives,  la coopération a…
Bio et équitable : Biodis met en garde sur les prix et la clarté du message
Lait
Myriam Jourdan, présidente de Biodis, évoque un consommateur tiraillé entre son désir de participer au produire mieux et sa…
Sill Entreprises contractualise avec l'OP Lait Bio Seine et Loire
Les Marches
L’industriel Sill Entreprises et l’OP Lait Bio Seine et Loire ont contractualisé leur relation, apportant une visibilité sur les…
La SIL Fala devient Lesaffre Panification France et investit dans le bio
Les Marches
Propriété du groupe Lesaffre depuis 1967, la Société industrielle de levures Fala change de nom et annonce des investissements…
Publicité