Aller au contenu principal

Le carillon de Saint-Géraud

Après l’agrandissement de la nef de l’ancienne abbatiale, entre 1856 et 1865, l’actuel clocher fut érigé en 1898. D’une hauteur de 77 mètres, il abrite six cloches formant le carillon.

À Saint-Géraud, les intervenants ont mis l’accent sur l’utilité du clocher et de sa flèche, ainsi que sur les diverses fonctions  du carillon.
À Saint-Géraud, les intervenants ont mis l’accent sur l’utilité du clocher et de sa flèche, ainsi que sur les diverses fonctions du carillon.
© J.-Y.B
À l’occasion de la fête de saint Géraud, le 13 octobre, une visite du clocher en restauration et des interventions étaient organisées dans l’abbatiale par la Société des Lettres, Sciences et Arts la Haute-Auvergne en lien avec la municipalité d’Aurillac, les Archives départementales et la Fondation du Patrimoine (lire L’Union des 6 et 17 octobre). Cette journée a permis à un public venu nom­breux de mieux connaître, voire de découvrir, l’intérieur et l’extérieur de la flèche, ainsi que plus largement l’évolution du bâtiment abbatial. C’est à la suite d’une intervention d’urgence sur le clocher en 1994 successive à des chutes de pierres, qu’une étude de restauration a été lancée, puis élaborée par un architecte choisi par la Drac. L’église étant propriété de la commune, la municipalité a souhaité mener cette restauration du clocher en partenariat avec l’État, les collectivités locales, ainsi que des partenaires privés comme la Fondation du Patrimoine, organisme chargé de récolter les fonds privés au moyen d’une souscription.

La cloche, un instrument de communication

 

Considérées par des révolutionnaires comme servant la superstition, toutes les cloches des églises et des chapelles de France étaient destinées à être fondues pour en faire des canons et de la monnaie, selon un décret du 30 juin 1791. Les destructions ont alors été innombrables, heureusement pas totales. Concernant l’abbatiale Saint-Géraud, deux cloches sur cinq ont été fondues et le clocher entièrement détruit. D’une manière générale, le son produit par la cloche a été utilisé au fil des siècles pour diversesfonctions:alerte, information, appel civil ou religieux, localisation, par temps d’orage, etc. Le message transmis par la sonnerie s’appuie sur trois composantes : la sonorité, la modalité et le rythme de frappe, le nombre de cloches mises en œuvre simultanément ou successivement. Les combinaisons possibles autorisent un nombre important de messages à délivrer. Un règlement de sonneries précisait l’usage des différentes cloches en fonction des cérémonies ou évènements religieux. Le 6 juillet 1898, Monseigneur Lamouroux de Pompignac, évêque de Saint-Flour, bénissait le carillon de Saint-Géraud. Il se compose de six cloches fondues à Lyon par l’ingénieur Charles Arragon. La cloche se caractérise par une note de musique bien déterminée. Avant d’être coulées, elles ont été l’objet d’une étude minutieuse de la part du fondeur. La date de fonte, le nom du fondeur, celui de la cloche, ceux du parrain et de la marraine, une devise en latin rappelant la vie de leur saint patron, iconographies et épigraphies, ornent leur robe d’airain. La plus grosse cloche, le bourdon, nommée Saint-Géraud, pèse 2 600 kilos et sonne un do grave. La cloche Notre-Dame du Cœur pèse 1 600 kilos et sonne un la. Celle nommée Saint-Pierre, second patron de la paroisse, pèse 630 kilos et sonne un sol. La Sainte Adeltrude, mère de saint Géraud, pèse 430 kilos et sonne un la. Celle nommée Saint Odon, troisième abbé d’Aurillac et deuxième abbé de Cluny au Xesiècle, pèse 310 kilos et sonne un si bémol. Enfin, celle nommée bienheureuse Avigerne, sœur de saint Géraud, pèse 260kilos et sonne un do aigu. Ce carillon est considéré comme étant le plus remarquable du diocèse, aussi bien pour la justesse de ses tonalités que pour sa sonorité qui porte à plusieurs kilomètres à la ronde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière