Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une piste pour diminuer le coût de l'aliment en 100 % bio

Un aliment plus pauvre en protéines compensé par l’ingestion de végétaux : une piste étudiée par l'Inra de Magneraud pour diminuer le coût de l'aliment en élevage bilogique.

L’ingestion de végétaux 
sur les parcours peut atteindre 15 grammes par jour selon l'étude de l’Inra du Magneraud.
L’ingestion de végétaux
sur les parcours peut atteindre 15 grammes par jour selon l'étude de l’Inra du Magneraud.
© A. Puybasset

Une piste parmi d’autres est étudiée à l’Inra du Magneraud pour réduire l’impact du 100 % bio sur le prix de l’aliment : celle d’envisager la consommation de végétaux
sur les parcours comme un complément alimentaire. « De précédents travaux ont montré que l’ingestion sur les parcours est très variable et peut atteindre 15 grammes par jour de matière sèche de végétaux », précise Karine Germain de l’Inra. L’Institut de recherche a testé l’impact
d’un aliment croissance et finition avec un taux de protéines deux points inférieurs à un aliment classique (avec une baisse de 3 à 4 % sur le prix de l’aliment). « Quelle que soit la durée d’élevage (84 ou 100 jours), de très faibles écarts ont été observés sur le poids final. Les poulets du lot essai ont compensé la baisse du taux de protéine par une ingestion plus importante de végétaux. »

 

Voir aussi article " Le passage à l'aliment 100 % bio pénalisera le coût de production ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

[TABLEAU COMPARATIF] - 198 épandeurs de fumier à caisse étroite
Machinisme
Les modèles à caisse étroite restent les épandeurs de fumier les plus largement répandus.
En Pologne, les abattoirs refusent d’abattre des volailles saines des zones touchées par le virus influenza aviaire H5N8 HP
Selon Andrzej Danielak, le président de la fédération nationale polonaise des producteurs de volailles (PZZHiPD, les abatteurs ne…
Vers d’Heterakis adultes et juvéniles dans une boîte de Pétri, isolés après tamisage. Les plus larges et blancs sont des femelles porteuses d’œufs. © Anses
Utiliser des tamis pour identifier et quantifier les vers parasites des volailles
Une nouvelle méthode d’identification et de quantification des vers parasites des volailles a été mise au point par l’Anses avec…
Le virus influenza aviaire H5N8 détecté en Allemagne et à moins de 100 km de l’Alsace
Le virus aviaire influenza H5N8 Hautement pathogène vient de faire un grand bond vers l’ouest de l’Europe.
Construction d'un bâtiment pour poulets lourds dans le Morbihan.La région Bretagne veut participer à la reconquête du marché français du poulet, tout en conservant des élevages à caractère familial. © A. Puybasset
La région Bretagne plus exigeante pour ses aides à l'investissement dans le secteur avicole

Les conditions d’attribution des aides de la région Bretagne se durcissent pour les nouveaux projets de…

Deux nouveaux foyers d'influenza aviaire H5N8 HP en Bulgarie et en Tchéquie
Le même jour, le 17 février, autorités sanitaires bulgares et tchèques ont annoncé la détection d'un virus influenza H5N8…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)