Aller au contenu principal
Font Size

Une piste pour diminuer le coût de l'aliment en 100 % bio

Un aliment plus pauvre en protéines compensé par l’ingestion de végétaux : une piste étudiée par l'Inra de Magneraud pour diminuer le coût de l'aliment en élevage bilogique.

L’ingestion de végétaux 
sur les parcours peut atteindre 15 grammes par jour selon l'étude de l’Inra du Magneraud.
L’ingestion de végétaux
sur les parcours peut atteindre 15 grammes par jour selon l'étude de l’Inra du Magneraud.
© A. Puybasset

Une piste parmi d’autres est étudiée à l’Inra du Magneraud pour réduire l’impact du 100 % bio sur le prix de l’aliment : celle d’envisager la consommation de végétaux
sur les parcours comme un complément alimentaire. « De précédents travaux ont montré que l’ingestion sur les parcours est très variable et peut atteindre 15 grammes par jour de matière sèche de végétaux », précise Karine Germain de l’Inra. L’Institut de recherche a testé l’impact
d’un aliment croissance et finition avec un taux de protéines deux points inférieurs à un aliment classique (avec une baisse de 3 à 4 % sur le prix de l’aliment). « Quelle que soit la durée d’élevage (84 ou 100 jours), de très faibles écarts ont été observés sur le poids final. Les poulets du lot essai ont compensé la baisse du taux de protéine par une ingestion plus importante de végétaux. »

 

Voir aussi article " Le passage à l'aliment 100 % bio pénalisera le coût de production ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)