Aller au contenu principal

En Suisse
Une analyse de laboratoire permet de faire la différence entre barrique et copeaux


Jusqu´à présent, il était impossible de différencier par analyse un vin vinifié ou élevé avec des copeaux de chêne d´un vin vinifié ou élevé en fût de chêne. L´école d´ingénieurs HES de Changins vient d´y remédier. Un étudiant, Sébastien Butticaz, et son professeur, André Rawyler, ont en effet mis au point une méthode analytique capable de différencier les deux modes de boisage. " Nous avons observé, entre autres, que la chauffe des bois génère des composés semi-volatils en quantités et proportions variables suivant la taille des bois. En analysant 20 à 30 composés aromatiques du vin, on peut savoir si ceux-ci proviennent de bois de petite taille, comme les copeaux, ou de grande taille, comme les barriques ", explique André Rawyler. Les composés en question sont dosés par chromatographie en phase gazeuse, couplée à la spectrométrie de masse.
La mise au point de la méthode a également nécessité la constitution d´une base de données : une centaine de vins élevés en barriques et une centaine de vins copeautés ont déjà été analysés.
©DR

" La méthode, fiable au niveau du laboratoire, doit encore être validée et sa base de donnée élargie, avant d´être utilisée en cas de contestation juridique, précise André Rawyler. Ce qui devrait prendre une bonne année. " Pour l´instant l´analyse suisse a quelques limites. " Pour certains vins, nous ne pouvons pas avoir de certitude absolue, notamment pour les vins les plus vieux car les arômes boisés s´estompent. " En revanche, les vins élevés avec des copeaux fabriqués à partir de douelles chauffées seraient bien identifiés comme tels. Autre frein : le coût du dosage, qui dépassera les 130 euros par échantillon. " Nous voyons cette méthode avant tout comme un outil de dissuasion ",
poursuit le chercheur. Un outil qui tombe à point nommé.
La Suisse vient en effet d´autoriser l´usage des copeaux de chêne (depuis janvier dernier) et les discussions vont bon train pour savoir s´il faut interdire cet usage pour les vins d´appellation et s´il faut le mentionner sur les étiquettes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole