Aller au contenu principal

« Un réajustement de la distribution alimentaire est déjà engagé »

Le Covid-19 a un fort impact sur notre système agroalimentaire. Analyse du phénomène avec Marc Filser, professeur de marketing à l’université de Bourgogne (IAE de Dijon) et observateur des comportements des consommateurs et de la distribution alimentaire.

Marc Filser, professeur de marketing à l’université de Bourgogne (IAE de Dijon) © M. Filser
Marc Filser, professeur de marketing à l’université de Bourgogne (IAE de Dijon)
© M. Filser

Quelles forces et faiblesses de la chaîne agroalimentaire fait apparaître cette crise sanitaire ?

Marc Filser - Les distributeurs et les industriels ont globalement réussi à s’adapter. La principale faiblesse, c’est que depuis une cinquantaine d’années, ce système est organisé avec un seul objectif, celui de la minimisation des coûts. On a massifié à tous les niveaux. On travaille à flux tendu sans stocks intermédiaires, ceux-ci étant assumés par le producteur. S’ajoute le fait que les enseignes ont pris le pouvoir sur leurs fournisseurs, au point d’imposer leurs conditions et dans certaines filières de « tirer » les flux de production en fonction de leurs ventes, notamment des promotions. Cela explique pourquoi la distribution française est l’une des moins chères d’Europe. Mais, le revers de la médaille c’est l’exigence d’une continuité sans faille de cette chaîne.

Cette distribution massifiée et centralisée va-t-elle se réajuster après cette crise ?

M. F. - Le réajustement était déjà engagé, notamment à travers l’évolution du consommateur vers des formes alternatives de distribution. L’amont a aussi commencé à s’y adapter par des expériences d’intégration comme la création de drive fermier ou de collectifs de vente au détail. Un second phénomène va s’amplifier, c’est la remise en cause des achats massifiés une fois par semaine dans les hypermarchés. Les consommateurs se tournent vers les circuits courts, les circuits spécialisés comme Grand frais et le commerce de proximité qui connaît un fort regain. Cela pourrait rééquilibrer le rapport de force entre les producteurs et une grande distribution affaiblie. Mais cela pourrait aussi déstabiliser l’organisation logistique. Car l’approvisionnement des petits commerces de centre-ville est difficile avec des semi-remorques venant de plateformes. Il va falloir revoir ces flux, peut-être en mutualisant la logistique entre plusieurs enseignes.

Relocaliser l’approvisionnement est un autre enjeu évoqué ces temps-ci…

. F. - La motivation première d’acheter des produits importés est économique. Si le consommateur reste sur la logique du plus pour moins cher, la relocalisation sera difficile. Et s’il évolue vers le produit local, il faudra un certain temps pour mettre en place les moyens de production supplémentaires. Dans l’alimentaire, cette évolution qualitative a tout de même commencé. La crise peut être un accélérateur, mais il n’est pas exclu que l’on revienne aux « mauvaises » habitudes pour une raison économique, tous les consommateurs ne pouvant ou ne voulant pas payer plus cher leur alimentation.

Par ailleurs, cette question de la relocalisation pourrait aussi se poser dans les pays où nous exportons. C’est aussi une éventualité à envisager.

 

Pour consulter l'interview de Pascale Hébel, directrice du pôle consommation et entreprise au Credoc, sur les comportements de consommation pendant la crise du Covid-19, cliquez ici.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Pascal Preys, entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur métallique en M, le Tut'M.
[Astuce] « J’ai créé un tuteur s’autoclipsant sur le fil de palissage : le Tut'M »
Pascal Preys, ancien vigneron et entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur en M,…
Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Forge Boisnier - L'Emisol XL, le porte-outils bodybuildé toutes options
Connu pour ses porte-outils interceps Emisol, Forge Boisnier en lance une version bodybuildée. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole