Aller au contenu principal

Oenologie
Traditionnel et qualitatif, le pressoir vertical est à la mode

Des jus de qualité, un faible coût d´achat, une image traditionnelle, le pressoir vertical ne manque pas d´atouts pour presser les vins hauts de gamme.


«C´est de la folie, je reçois beaucoup de demandes, en France et à l´étranger », constate un vendeur de matériel de cave. Le vieux pressoir vertical revient au goût du jour, avec bien sûr quelques améliorations à son actif par rapport aux anciens modèles manuels. De plus en plus de petits domaines s´équipent, surtout dans le Bordelais pour presser les rouges haut de gamme, et même les raisins blancs botrytisés.
Le principe est séduisant : la pressée s´effectue en une seule fois, sans rebêchage, par la descente verticale d´un plateau de pressée sur les marcs contenus dans une cage. Les jus s´extraient en douceur à faible pression. Ils s´écoulent sur les côtés de la cage en traversant le marc, ce qui filtre les substances opacifiantes.

« L´outil idéal pour la qualité des jus »
La pressée est rapide, de 15 à 60 minutes, mais les capacités sont réduites pour faciliter le drainage des jus (5 à 22 hl suivant les modèles).
Question qualité des jus. « C´est l´outil idéal, juge Jean-Marie Teillet à Bergerac, qui a opté pour un vertical d´Agrifoy. Les moûts sont plus limpides, moins chargés en bourbes qu´avec mon ancien pressoir horizontal, c´est le jour et la nuit. » « Le jus, presque limpide et brillant, est de qualité constante du début à la fin de la pressée. Toutes nos presses 2001 ont été réincorporées au jus de goutte », confirme Dominique Vayron du domaine Bourgneuf Vayron à Pomerol, qui a investi dans un JLB de Vaslin Bucher. L´ITV de Bordeaux, qui a testé le pressoir Agrifoy en 2000, estime la qualité des jus équivalente à celle obtenue avec un pneumatique.
©Agrifoy-Impression en Périgord

Chargement de la cage Agrifoy en raisins blancs, après égrappage. La pressée verticale diminue la turbidité des jus.

Manutention améliorée
La faible capacité de ces pressoirs est en partie compensée par la rapidité de la pressée. Et ils sont souvent livrés avec deux cages pour pouvoir décuver une cuve pendant que le pressoir fonctionne. On presse ainsi plus de 15 tonnes de marc par jour avec un petit modèle. Pour améliorer la manutention, autrefois pénible, les cages sont montées sur chariot. « Je gagne du temps sur l´extraction des marcs, estime Jean-Marie Teillet. Je ne touche plus une pelle. Après la pressée, je transporte directement la cage de marc avec la fourche du tracteur. » Les utilisateurs apprécient également la facilité de nettoyage et la réduction du bruit.
Ces pressoirs séduisent par leur faible coût par rapport à un pneumatique, même si les prix s´étalent de 10 000 à plus de 60 000 euros. Ils bénéficient également d´un phénomène de mode de par leur esthétisme et leur côté traditionnel. « Le pressoir de grand-papa donne une image de marque à la propriété », concède Jacques Bouchereau d´Agrifoy. Une mode qui durera ce qu´elle durera. Agrifoy annonce déjà la commercialisation d´un nouveau système de pressurage « d´ici quelques années ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole