Aller au contenu principal

Le vin de demain
À Monbazillac, un projet collectif pour tester un robot

Les projets collaboratifs se multiplient dans le vignoble pour accélérer l'acquisition de nouvelles technicités. Exemple à la Cave de Monbazillac, en Dordogne. Dans le projet mis en place autour du robot enjambeur Ted, elle développe des synergies entre des acteurs locaux avec l'objectif de s'orienter vers une innovation vraiment adaptée aux besoins.

 © Cave coopérative de ...
Le projet collaboratif entrepris par la Cave de Monbazillac vise à juger du potentiel de la robotisation comme alternative aux produits phytosanitaires sans se limiter à l'aspect technique. Il s'agit aussi d'évaluer s'il est appropriable par les adhérents.
© Cave coopérative de Monbazillac

Pour Guillaume Barou, vice-président de la cave coopérative de Monbazillac, mener un projet collaboratif « c’est novateur, ça nous pousse à travailler différemment ». L’innovation est pour lui non seulement une nécessité face aux mutations du métier mais aussi un moyen de motiver les adhérents actuels et d’en attirer de nouveaux.

Des échanges tournés vers l’action

Le test du robot Ted de Naïo Technologies, initié en 2019, fait partie de cette approche. Le but est double : juger du potentiel de la robotisation comme alternative aux produits phytosanitaires, au-delà des fantasmes, et faire progresser l’outil pour garantir son appropriation par les adhérents. « Nous travaillons déjà beaucoup en Cuma. Mais, la spécificité pour ce projet, c’est vraiment de valider l’outil, souligne Guillaume Barou. À la fin du projet, il y aura un dossier solide, avec du recul ».

Tout en ayant un rôle fédérateur, le projet multiplie les échanges tournés vers l’action. Il associe Naïo Technologies, le concepteur du prototype, mais aussi la chambre d’agriculture. Pour élargir les fonctionnalités, la Somaref, une entreprise locale d’équipements agricoles, développe un outil électrique d’épamprage adapté au robot. Un prototype devrait pouvoir être testé au printemps prochain. Les élèves du lycée des Métiers Hélène Duc de Bergerac planchent sur la compatibilité d’outils existants sur le marché avec le robot, et sur de nouveaux outils à inventer.

Une vision évolutive et pragmatique

Certains freins ont déjà été cernés. Par exemple celui du déplacement du robot qui ne peut emprunter la route. Pour optimiser les déplacements, la cave imagine un travail du robot par îlots rassemblant plusieurs vignerons, à l’image de ce qui existe déjà pour la confusion sexuelle.

Autre frein, le poids léger de l’engin s’avère limitant pour certains outils. Naïo a fait évoluer son modèle et la poursuite du projet avec une V2 du prototype plus lourde (de 1 t à 1,5 t) est en cours de discussion.

Le projet fait partie du laboratoire d’innovation territoriale (LIT) développé par le vignoble de Bergerac dans le cadre du programme Vitirev de la région Nouvelle-Aquitaine (voir encadré). La moitié du budget investi dans le prototype a ainsi pu être financée par la région. L’avancement du projet s’adapte au contexte Covid. Guillaume Barou espère que ses conséquences économique n’entraîneront pas une réduction des moyens.

A voir : [Vidéo] Le robot Ted s'occupe du cavaillon dans les vignes

Des nouvelles méthodes pour l’innovation

Pour trouver des solutions novatrices, les laboratoires d’innovation territoriale (LIT) se développent en France. Cécile Lelabousse, animatrice de La Fabrique des transitions, le LIT lancé par l’IVBD (1), nous explique de quoi il s’agît.

« Leur particularité, c’est d’être multipartenaires. Jusque-là, les projets collaboratifs étaient peu transversaux. Or les problématiques sont complexes. En théorie, un LIT repose sur une expérimentation en condition réelle avec une gouvernance entre experts et usagers sur un niveau d’égalité. La méthode va aussi créer de l’innovation à travers des moments créatifs pour faire émerger des idées autour d’un thème. La dynamique d’un laboratoire passe par des participants pas forcément très nombreux mais actifs, qui restituent aux autres ce qui se passe. L’approche transversale peut rendre les gens sceptiques mais nous avançons en rappelant la méthode.

Les outils numériques sont importants pour avancer sans être en présentiel. Pour notre LIT, j’ai créé une page Facebook fermée. Chacun des six projets en cours a son groupe WhatsApp. Avec les réseaux sociaux nous communiquons plus largement sur les actions. Une plateforme numérique permet à ceux qui arrivent en cours de route de se tenir vite au courant de ce qui a déjà été produit. »

(1) Le laboratoire d’innovation de l’Interprofession des vins de Bergerac et Duras a pour thème la transition environnementale du territoire. Il associe des partenaires au-delà de la filière viticole à travers un consortium.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole