Aller au contenu principal

Millésime 2022 : des conditions procices aux déviations microbiologiques dans les vins

Le millésime 2022 se démarque par des pH souvent élevés et des taux d’acide malique très bas. La vigilance est de mise avant malo pour éviter les déviations.

Ensemencer en bactéries lactiques à la fin de la fermentation alcoolique permet de ne pas laisser la place aux Brettanomyces et autres indésirables.
Ensemencer en bactéries lactiques à la fin de la fermentation alcoolique permet de ne pas laisser la place aux Brettanomyces et autres indésirables.
© Réussir SA

Avec un été historiquement chaud et sec dans l’Hexagone, la plupart des vignobles du pays font face à des moûts aux teneurs en acide malique fortement dégradées et des pH qui s’envolent. « Nous avons généralement entre 1 et 1,5 g/l d’acide malique dans les terroirs argileux qui n’ont pas trop souffert, mais sur certains sols drainants où la vigne a connu un stress hydrique important, les valeurs sont proches de 0,5 g/l, et à des pH largement supérieurs à 3,5 », témoigne Pascal Hénot, œnologue conseil et directeur d’Enosens Coutras, en Gironde. Une bonne nouvelle pour le déroulement de la fermentation malolactique (FML) ?

« Certains sont convaincus que moins il y a d’acide malique, plus la fermentation malolactique est facile, remarque Daniel Granès, directeur scientifique à l’ICV. Ça n’est pas si vrai. Le pH et le degré d’alcool jouent davantage. » Il observe en l’occurrence, sur l’arc méditerranéen, des pH élevés mais des taux d’alcool plus faibles que supposés. Des conditions plutôt favorables à la FML. À Bordeaux, les degrés et polyphénols semblent plus élevés, et la matière davantage dépourvue en nutriments, ce qui constitue des facteurs limitants.

Ne pas laisser de vide microbiologique dans ces conditions

Mais l’œnologue bordelais n’est pas inquiet pour autant quant au bon déroulement des malos. D’ailleurs, les premiers lots vinifiés à l’ICV montrent des tendances de FML plutôt rapides. Ce qui l’inquiète en revanche, ce sont les risques microbiologiques. « Ces conditions sont favorables aux bretts », pointe-t-il. Même son de cloche chez Daniel Granès. « Plus que jamais il faut surveiller de près la fin des fermentations alcooliques », prévient-il. Sur blancs et rosés, où la malo n’est pas souhaitée, et à plus forte raison cette année, le sulfitage devra intervenir rapidement. Le directeur scientifique alerte même sur les risques de FML spontanée avant la fin de fermentation alcoolique en cas de fermentation languissante. Sur rouge, il peut être pertinent d’ensemencer de bonne heure pour ne pas laisser la place aux microorganismes indésirables, en sélectionnant si besoin des souches de bactéries adaptées aux conditions de faible acidité et de fort degré d’alcool. « Il faut être prudent mais ne pas tomber dans l’excès, recommande Pascal Hénot. C’est à raisonner aussi en fonction de l’historique des chais. Dans les caves où les malos se lancent toujours parfaitement, bien naturellement, je laisserais faire la nature. Cela fait des économies bienvenues. »

À moins de bloquer la malo également sur les rouges, pour garder le peu d’acidité qui reste sur le millésime. « Cela se fait en Argentine, mais sur des vins à rotation très rapide, indique Daniel Granès. Il est toujours difficile de savoir si la FML ne finira pas par se faire un jour en bouteille. Dans une telle stratégie, j’aurais tendance à conseiller l’emploi d’acide fumarique. Ça n’est pas bien connu des vignerons et peu pratique à utiliser, mais cela marche très bien. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Grégoire dévoile la GT3, sa nouvelle machine à vendanger tractée
Bénéficiant de nombreuses améliorations des grandes sœurs automotrices, les machines à vendanger Grégoire GT3 prennent la place…
action de la confédération paysanne dans des vignes de Bernard Arnault (LVMH).
Vendanges sauvages d’une parcelle de vigne appartenant à LVMH
La Confédération paysanne a récolté plus de 1,5 tonne de raisins le 28 août d’une parcelle du Château d’Esclans pour dénoncer l’…
L'épopée des vignerons, documentaire diffusé sur France
La grande histoire des vignerons contée en images
France 3 a diffusé le 7 septembre dernier « L’épopée des vignerons », un documentaire passionnant réalisé par Emmanuelle…
Pellenc lance l'Optimum 240, un enjambeur à cabine centrale pour une bonne visibilité au travail du sol.
Pellenc - L'enjambeur Optimum 240 conjugue visibilité et maniabilité
  Pellenc dévoile un nouvel enjambeur, l'Optimum 240, à l'occasion du salon Viti Vini 2022.
La vanne est vissée à quatre endroits au conquêt.
[Astuce] « J’ai mis une vanne sur mon bac de remontage dans mon chai de vinification »
Georges Paire, du domaine des Pothiers à Villemontais, dans la Loire, a installé une vanne sur son bac de remontage, pour éviter…
La rafle, quand elle est bien utilisée, apporte fraîcheur et complexité. De plus en plus de vignerons y reviennent.
La rafle de raisin, une matière avec de nombreux atouts
Moins d’alcool et plus de complexité, c’est ce qu’apporte la vinification avec les rafles quand elle est bien maîtrisée.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole