Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les IGP dressent leur futur visage

Accidents météorologiques liés au changement climatique, pression sociétale sur les problématiques des pesticides… Les défis que devront, et doivent déjà, relever les viticulteurs sont nombreux. Forts de ce constat, les vins IGP leur avaient dédié leur congrès, le 16 juin dernier. Comme les divers intervenants n’ont pas manqué de le soulever, les leviers pour s’adapter sont nombreux. Pour Jean-Marc Touzard, chercheur à l’Inra de Montpellier, variétés résistantes, oubliées ou étrangères ; techniques agronomiques distinctes ou encore pratiques œnologiques devraient permettre de s’adapter au changement climatique. « Les IGP ont un devoir de responsabilité, a-t-il insisté. Elles doivent diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre et porter l’innovation pour tous. Elles ont plus de marge de manœuvre que les AOC, davantage de choix variétaux. Elles peuvent tester de nombreuses solutions et favoriser l’innovation technologique. »

Biocontrôle et abandon du travail du sol au programme

Pour Raphaël Métral, de Supagro Montpellier, l’agro-écologie devrait permettre de répondre à la pression sociétale. « Il faut changer le regard sur une parcelle de vigne, a-t-il suggéré. Elle doit être conduite pour être doublement performante : économiquement et écologiquement. Il s’agit d’une rupture forte. » Biodiversité des cépages et variété résistantes, biocontrôle, ou encore suppression totale du travail du sol font partie des solutions d’avenir.

Au final, selon Gérard Mermet, sociologue, les viticulteurs en IGP doivent être "vertueux et transparents, pratiquer une viticulture durable et raisonnée, avoir un bilan écologique global, et communiquer sur les bonnes pratiques". Une exhortation entendue par Michel Servage, président de la confédération des vins IGP. Mais il a, pour sa part, tenu à insister sur la nécessité de définir l’échelle à laquelle l’agro-écologie doit se traiter. « L’intégration de ce type de mesures dans les cahiers des charges n’est pas la bonne échelle, a-t-il défendu. Ce sujet doit être traité de manière locale, au niveau de chaque viticulteur. Charge ensuite aux ODG de faciliter l’information sur ces sujets et les partages d’expériences. » Reste à savoir si l’Inao et le ministère de l’Agriculture l’entendront de cette oreille…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Vous aimerez aussi

Vignette
Les côtes de gascogne montent en douceur

Toujours dynamique, l’IGP du Sud-Ouest qui produit 85 % de blanc ne se contente plus de se développer à…

Vignette
Le vin rosé a encore du potentiel
Les rencontres internationales du rosé, qui se sont déroulées à Marseille en janvier, ont été l’occasion de faire le point sur un…
Vignette
En Champagne, la coopération soutient le portage du foncier

France Valley Champagne est le nom d’une nouvelle société foncière dont la création, officialisée le 11…

Vignette
Des barriques tatouées par un professionnel
Depuis plus de vingt ans, Yannick Meziani exerce avec passion le métier de tatoueur dans son salon du centre de Nevers. Il y a…
Vignette
La haute valeur environnementale en quête de notoriété
Les planètes semblent alignées pour un développement de la certification HVE, mais elle doit séduire les consommateurs à l’heure…
Vignette
" 2018 comblera les amateurs de bordeaux "
Les crus classés de Bordeaux dévoilent cette semaine leur millésime 2018 après une campagne pour le moins chaotique. Décryptage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole