Aller au contenu principal

Les Bretts font de la résistance au chitosane fongique

Les propriétés antimicrobiennes du chitosane fongique en font un substitut potentiel aux sulfites pour lutter contre les Bretts. Mais comme pour l’allergène, des souches résistantes existent. C’est ce qu’ont démontré les premiers résultats du projet Chitowine porté par l’ISVV.

Le chitosone d'origine fongique est dérivé de la chitine, un polysaccharide sans danger sur la santé humaine. Selon les fabricants, sa composition peut varier, expliquant en partie pourquoi certains traitements se montrent inefficaces contre les Bretts, d'après le projet Chitowine. © Réussir
Le chitosone d'origine fongique est dérivé de la chitine, un polysaccharide sans danger sur la santé humaine. Selon les fabricants, sa composition peut varier, expliquant en partie pourquoi certains traitements se montrent inefficaces contre les Bretts, d'après le projet Chitowine.
© Réussir

Autorisé par l’Union européenne en 2011, et inscrit au cahier des charges de la vinification biologique depuis 2018, le chitosane d’origine fongique est principalement utilisé comme antiseptique, en substitut aux sulfites. Mais dans les chais, son efficacité sur la levure d’altération Brettanomyces bruxellensis se montre aléatoire.

Lire aussi " De légères avancées sur la compréhension des goûts de souris "

Des Bretts sensibles, intermédiaires et tolérantes au chitosane

C’est pour mieux définir le spectre antiseptique du chitosane dans le vin qu’est né fin 2017 le projet Chitowine, porté par l’ISVV, et qui court jusqu’à fin 2021. « D’après nos essais en laboratoire, sur 53 souches de Bretts les plus communes, 78 % sont sensibles au chitosane », commente Marguerite Dols-Lafargue, chercheuse à l’ISVV de Bordeaux. Elle a présneté les premiers résultats du projet Chitowine pendant les journées techniques vigne et vin bio, organisées par le syndicat des vignerons bio de Nouvelle-Aquitaine en février dernier. Les analyses microbiennes menées sur des échantillons de vin rouge traités à des doses allant de 4 à 10 g/hl, après 3 et 10 jours de contact, mettent en évidence l’existence de souches sensibles, intermédiaires et résistantes. « Les souches sensibles sont indétectables dans les vins et les lies après soutirage, les souches intermédiaires survivent dans les lies mais pas dans les vins, et les souches tolérantes subsistent à la fois dans les lies et dans le vin clair », poursuit Marguerite Dols-Lafargue. Bien qu’à l’heure actuelle, il ne soit pas encore possible de prédire la sensibilité des souches présentes dans le vin au chitosane, un bon moyen de diminuer le risque est de soutirer rapidement après traitement. « La majorité des souches identifiées comme sensibles au chitosane, sont résistantes aux sulfites. La majorité, pas toutes… », indique la chercheuse.

Lire aussi " La bioprotection des blancs limite les Bretts "

De nombreux points restent à éclaircir

Si la nature des souches de Bretts et la composition du chitosane sont les principaux facteurs influençant l’efficacité du traitement, certains paramètres du vin, comme le pH ou la viscosité, pourraient moduler cette efficacité. De nombreuses questions subsistent par ailleurs sur le mode d’action du polysaccharide. Quels sont les éléments actifs dans le chitosane ? Sur quelles molécules de la levure agit-il ? L’efficacité du traitement est-elle meilleure avant malo ou après ? Il reste encore quelques mois aux chercheurs pour trouver des réponses. « À ce stade, on ne sait pas non plus dire si le chitosane impacte les propriétés sensorielles du vin, ou si un traitement répété pourrait entraîner des résistances », pointe Marguerite Dols-Lafargue.

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Le Dyna-Drive est un outil de travail du sol auto-animé réalisant un mulchage en superficie.
« Le Bomford Dyna-Drive est un outil interrang entre le rolofaca et le rotavator »

Jérôme O’Kelly utilise depuis quatre ans un outil de travail du sol auto-animé.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole