Aller au contenu principal

Élevage des vins: penser à la désinfection

L’élevage est la période de tous les dangers pour le développement des Brettanomyces. Il reste généralement un peu de sucre tandis que la majorité des levures et des bactéries sont mortes. Pour peu que les précurseurs des phénols volatils soient présents, le champ est libre pour les Brettanomyces. Voici comment mettre tous les atouts de son côté pour les éviter.

La technique de nettoyage des fûts 
à l'eau 
surchauffée couplée à de la vapeur, 
de DGC Vins, est l’un des cinq procédés de désinfection les plus 
efficaces contre les Bretts.
La technique de nettoyage des fûts
à l'eau
surchauffée couplée à de la vapeur,
de DGC Vins, est l’un des cinq procédés de désinfection les plus
efficaces contre les Bretts.
© DGC Vins

Soutirer au plus vite


Première précaution : “ il faut procéder rapidement à un soutirage dès la fin des fermentations ”, rappelle Pascal Poupault, de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) Pôle Val de Loire. En effet, les lies sont un nid à Brettanomyces. En clarifiant puis en stabilisant le vin rapidement après les vinifications, cela limite leur prolifération.


Sulfiter en une seule fois


Le sulfitage morcelé, de plus en plus pratiqué dans l’optique de réduire les doses de sulfites, n’est pas un bon calcul, comme en témoigne Vincent Gerbaux, de l’IFV Pôle Bourgogne : “ il faut ajouter la bonne dose de SO2 dès la fin de la malo, pour stabiliser le vin. Un sulfitage en plusieurs fois aura l’effet inverse de l’escompté : on créera pratiquement des résistances ”, prévient l’expert. L’IFV recommande une dose de 30 à 35 mg de SO2 libre/litre de vin pour une action anti-levurienne visant les Brettanomyces. Mais cette dose est bien sûr à adapter en fonction du pH du vin.


Choisir un nettoyage du bois efficace


L’élevage sous bois est une opération “ à risque ”, car les Bretts se logent dans les pores du chêne. Pour éviter toute contamination, rien de tel qu’une bonne désinfection. Mais tous les procédés ne se valent pas. C’est du moins ce que Nicolas Richard, d’Inter Rhône, a mis en évidence après cinq ans d’essais sur le sujet. Il a comparé les différentes méthodes de désinfection des barriques. Cinq sont efficaces et donc à privilégier : l’eau surchauffée couplée à de la vapeur du Procédé DGC Vins primé au Vinitech, le méchage sous pression, l’ozone gazeux disponible entre autres chez Ozone Service, le générateur de vapeur comme par exemple le Barriclean de Bouyoud Distribution (Brive, Corrèze) ou celui de Gebhardt France (www.gg-technik.fr) et les ultrasons notamment proposés en prestation de service par Dyogéna (Blanquefort, Gironde). En revanche, ni le trempage chimique, ni l’emploi d’eau ozonée ou d’ozone négatif ne sont efficaces. L’utilisation de la canne Moog n’est pas non plus la panacée. “ Mais même avec un procédé de désinfection efficace, personne n’est à l’abri des Bretts, insiste Nicolas Richard. Il faut être à l’affût et surveiller ses vins, isoler les cuvées à problème et bien analyser le niveau de risque à chaque étape. ”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
Vignoble côte du Rhône
Production mondiale de vin : la France tombe à la troisième place du podium
Les aléas climatiques, nombreux et intenses en 2021, ont pénalisé la production viticole européenne et particulièrement française…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Lors de l'utilisation d'un tracteur enjambeur, il est important de vérifier, en fonction de l'outil attelé, dans quelles conditions de pente (inférieure à 15, 35 ou 50 %) l'engin peut évoluer, afin de garantir que l'arceau de sécurité protégera l'opérateur en empêchant de partir en tonneau.
Tracteurs enjambeurs : l’homologation antirenversement ankylose les livraisons
Bon nombre de constructeurs de tracteurs enjambeurs ont réduit momentanément leur catalogue. La cause est multifactorielle.
[TAILLE DE LA VIGNE] "Changer de mode de taille lors de la conversion bio nous a permis de stabiliser les rendements"
Julien Cuisset, vigneron au Château Grinou, en Dordogne, est passé à la non-taille palissée afin de ne pas amputer ses rendements.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole