Aller au contenu principal

Avec les malos sous marc, " les vins sont plus propres après soutirage "

Louis-Michel Musyt, vigneron au Château Carbon d’Artigue, en Gironde, utilise la co-inoculation depuis 2018. Outre le temps qu'il gagne à ne plus suivre les malos dans chaque barrique, il remarque que les vins sont naturellement plus limpides après soutirage.

Les vins sont plus limpides après soutirages lorsque les malos se font sous marc, d'après le constat de Louis-Michel Musyt, vigneron en Gironde.
© G.Lefevre
Louis-Michel Musyt, vigneron au Château Carbon d’Artigue, en Gironde

En 2018, j’ai réalisé des essais de levures acidifiantes. Pour bien évaluer l’impact de ces souches, j’ai choisi de faire les malos avant la fermentation alcoolique (FA), donc en pré-inoculation. Ces essais n’ont pas été convaincants car j’ai eu des fermentations languissantes et j’ai dû réensemencer une deuxième fois avec des levures "finisseuses" . Économiquement ce n’est pas jouable. En revanche j’ai trouvé intéressant d’avoir les vins stabilisés avant entonnage. Ça évite le suivi fastidieux des malos en barriques.

J’ai donc basculé sur la co-inoculation, que j’utilise principalement sur mes cuvées sans SO2. Ça me permet d’entretenir une compétition dans le milieu pendant la FA et les macérations post-fermentaires. Cette technique me permet aussi d’envisager de faire un vin primeur sans sulfites, et ainsi de diversifier ma gamme. Côté aromatique, j’ai l’impression que cela provoque une légère montée d’éthanal en cours de FA, un peu comme avec la micro-oxygénation. Mais ça disparaît totalement par la suite. Les vins me semblent aussi plus noirs. Enfin, j’ai l’impression que la co-inoculation modifie un peu la cinétique de sédimentation. Les vins me semblent plus propres après soutirage que lorsque je fais des fermentations séquentielles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

La matériel de désherbage développé par la société Zasso fonctionne en envoyant un courant électrique à travers les plantes.
Bilan d’une saison de désherbage électrique en vigne
Sylvain Philip, vigneron gardois, a investi en février dans l’un des tout premiers matériels de désherbage électrique intercep de…
La nouvelle gamme de tracteurs spécialisés T4 culmine désormais à 120 ch.
New Holland – La nouvelle génération de tracteurs spécialisés atteint 120 ch
La nouvelle génération de tracteurs spécialisés New Holland T4 V/N/F a été dévoilée au Sitevi.
Les nouveaux tracteurs Claas Nexos bénéficient d'un plancher plat.
Claas - Le nouveau Nexos culmine à 120 ch
Claas dévoile son nouveau tracteur spécialisé Nexos.
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône« J'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
[TAILLE DE LA VIGNE] « Malgré le gel, j'ai atteint les rendements avec une taille en avril »
Benjamin Passot, vigneron à Vauxrenard, dans le Rhône, a repris une parcelle non-taillée en avril 2021. Elle a gelé comme ses…
[VIDEO] " Le désherbage électrique intercep m'a permis de venir à bout de l'érigeron "
Nous avons suivi pendant toute la saison 2021 l'outil de désherbage électrique intercep de Zasso, acquis par Sylvain Philip au…
Le gobelet palissé avec juste deux releveurs permet d'adapter le haut de la vigne aux conditions du millésime. Port retombant en cas de sécheresse, rognage en cas d'humidité.
[TAILLE DE LA VIGNE] « J’adapte mes gobelets palissés selon la météo »
Flavien Nicolas, vigneron à Cairanne, dans le Vaucluse, a planté des vignes en gobelet avec deux fils releveurs, pour s'adapter…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole