Aller au contenu principal

[VIDEO] Le lait d’Ingredia est tracé par Connecting Food grâce à sa blockchain

La start-up Connecting Food assure la traçabilité d’un produit alimentaire. Tous les acteurs d’une filière sont connectés sur une même plateforme. Ingredia a opté pour cette technologie et trace son lait en temps réel.

Antoine Verloin, éleveur laitier dans le Pas-de-Calais, produit un lait sans OGM selon le cahier des charges « Via Lacta ». Les vaches de l’éleveurs sont à l’herbe 170 jours par an, elles disposent chacune de 15 ares. Les bêtes sont également installées sur une aire paillée. Avoir des critères stricts de production, c’est bien. Le faire savoir, c’est encore mieux. La coopérative Ingredia-la Prospérité Fermière a donc établi un partenariat avec Connecting Food. La start-up est experte dans la blockchain. La plateforme vérifie en temps réel que le lait à l’herbe VIALACTA, un programme propre à la coopérative laitière pour un lait responsable, respecte bien son cahier des charges.

La traçabilité proposée au consommateur avec un QR code

Toutes ces informations sont également accessibles au consommateur. Il lui suffit de scanner le QR code sur chaque bouteille de lait. Sur son mobile, l’acheteur retrouvera le nom de l’éleveur, la nourriture des vaches ou la date d’embouteillage. « Il faut prouver ce qu’on avance. La blockchain, développée par Connecting Food, est infalsifiable », assure Julie Lemahieu, directrice marketing du groupe Ingredia.

Cette transparence est également proposée sur des ingrédients, comme la poudre ou les protéines de lait. « Ils sont vendus à des grandes marques. Grâce à Connecting Food, Ingredia apporte de la valeur à son produit, mais permet également à ses clients B to B d’assurer la traçabilité de ses ingrédients », explique Coline Laurent, responsable communication de Connecting Food.

Lire aussi :
Traçabilité : un collectif bio du Gers planche sur la blockchain

Relier toutes les données d’une filière

La plateforme connecte les informations des différents acteurs de la filière : fournisseurs d’aliment, producteurs, coopérative et transformateurs. Toutes ces données sont désormais reliées entre-elles. Pour le producteur de lait, la démarche est également simple puisque l’information remonte automatiquement. Antoine Verloin rappelle que ses « fournisseurs d’aliments sont aussi en lien avec Connecting Food. La plateforme vérifie donc que je nourris bien mes vaches sans OGM ».

Lire aussi :
[VIGNE] Vente en ligne de vin : le domaine de Laballe trouve de nouveaux clients via lesgrappes.com

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité