Aller au contenu principal
Font Size

Un plat fait maison - coût du temps de préparation compris - n’est pas moins cher qu’un plat industriel

Les Français ont tendance à croire que cuisiner maison revient moins cher qu’acheter des plats tout-prêts. Une étude réalisée par des chercheurs de l’Inrae publiée ce 27 mai dans Public Health Nutrition, vient remettre en question cette idée.

© su-lin / flickr

C’est une étude publiée ce 27 mai par l’Inrae, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement qui porte sur la « comparaison des coûts entre un plat fait maison et un plat industriel ». Les chercheurs qui ont travaillé sur le sujet viennent remettre en question l’idée souvent admise que cuisiner maison reviendrait moins cher qu’acheter des plats préparés. Leurs résultats, parus dans la revue Public Health Nutrition, montrent que si on prend en compte le coût du temps de préparation à la maison, cuisiner à partir d’ingrédients bruts revient plus cher qu’acheter des plats industriels.

19 plats au menu

Les chercheurs ont répertorié 19 plats parmi les plus consommés par les Français. Ils se sont appuyés pour cela sur les données de l’Enquête nationale nutritionnelle et individuelle française 2006-2007 (Inca2). Parmi ces plats figurent la quiche lorraine, le taboulé, la soupe de légumes, le bœuf bourguignon ou encore le gratin dauphinois… Les prix de ces produits ont été relevés en supermarché, à partir des prix figurant sur les sites Internet de 4 grandes enseignes alimentaires situées à proximité de la ville de Montpellier, en décembre 2016.

A partir des recettes et des instructions de cuisson données par les industriels, ils ont estimé le coût de ces mêmes plats faits maison, sur la base du prix des ingrédients qui les constituent.

Une portée sociologique de l’étude

Et voici les résultats de ces comparaisons. « Pour quatre portions (4p), si l’on ne tient compte que du prix d’achat, les plats industriels sont, en moyenne, 0,84€ plus chers que les mêmes plats faits maison. Quand on intègre le coût de l’énergie pour cuisiner ou réchauffer ces plats, les plats industriels restent plus chers de 0,60€/4p. En revanche, lorsque le coût du temps de préparation (estimé au SMIC horaire) est considéré, alors le plat réalisé à la maison est de 5,34 €/4p, soit plus cher en moyenne que le plat industriel ». Pour les chercheurs en charge de l’étude, ce travail suggère « l’importance d’analyser les pratiques d’achat de plats cuisinés de sous populations, en portant notamment l’accent sur les familles à faible revenu dont les contraintes de temps, de ressources et d'équipement peuvent les dissuader d'acheter et de préparer des aliments frais et périssables ». Selon eux, « garantir la disponibilité de plats industriels pratiques, abordables et ayant une qualité nutritionnelle avérée pourrait contribuer à promouvoir une alimentation saine, tout en luttant contre les inégalités hommes-femmes et contre les inégalités sociales ».

 

Une consommation de 22 kilos chaque seconde en France, en baisse depuis la crise du Covid-19

Selon l’information communiquée par l’Inrae, « 75% du temps passé à la cuisine est du temps féminin ». L’Institut rapporte aussi le chiffre de « 50 g par jour et par personne » de plats cuisinés industriels achetés en 2010 alors que cette consommation était « quasi inexistante en 1973 ». Une augmentation qui montre l’intérêt des ménages pour l’aspect pratique des plats cuisinés industriels, « compte tenu des exigences croissantes de la vie quotidienne ».

Au niveau français, selon le site conso Globe, il serait actuellement consommé 22 kilos de plats cuisinés chaque seconde !

Une étude menée récemment par l’Observatoire E. Leclerc des nouvelles consommations indique cependant que la crise du Covid-19 a fait baisser les achats de plats préparés de 28 %.

 

Calcul du coût de l’énergie et de la valeur marchande du temps                                         Les instructions de cuisson ont servi à calculer l'énergie consommée pour la préparation du plat. Pour les plats industriels, les instructions de cuisson ont été prises directement sur l'emballage. Pour les plats cuisinés à la maison, elles ont été récoltées sur un site de cuisine en ligne très populaire, en considérant la recette la plus proche de celle de la table INCA2. Le coût de l'énergie consommée pour la préparation du plat à la maison a été calculé en multipliant la consommation d'énergie de chaque appareil de cuisson utilisé dans la recette par le temps de cuisson et le coût énergétique correspondants en France en 2017.                                                                                                                                                La valeur marchande du temps a été calculée uniquement pour les plats faits maison, sur la base du temps nécessaire pour préparer le plat. Ce temps était considéré comme nul pour les plats préparés. Elle a été évaluée au salaire minimum garanti en France (SMIC), c'est-à-dire le salaire versé à un cuisinier non qualifié.

 

 

Lire aussi dans Les Marchés « Le fait maison n’est pas toujours moins cher »

Les plus lus

[Vidéo] Un record pour le prix de l'agneau
La première semaine de juin, le prix de l'agneau a atteint 6,56 €/kg, selon l'Institut de l'élevage. Soit une hausse de +9% par…
Météo - Emmanuel Buisson de Weather Measures : « vers un été un peu plus chaud que la normale avec une grande instabilité »
La pluie est revenue mais suffira-t-elle à éloigner le spectre d’une sécheresse ou d’une canicule pour 2020. Comment se présente…
[VIDEO] Une première étape vers une retraite à 85 % du SMIC pour tous les agriculteurs
La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté, le 10 juin, la proposition de loi d’André Chassaigne (PCF…
Crédits carbone : un premier contrat signé dans le secteur agricole
Le paiement des agriculteurs pour service environnemental rendu, les PSE, c’est parti ! Un premier contrat de vente de CO2 a été…
[Déconfinement] Les enfants d'agriculteurs auraient dû être « prioritaires » pour le retour à l'école ?
Le 22 juin, tous les élèves scolarisés en France, de la maternelle au collège, vont retrouver le chemin de l’école. Ainsi en a…
Protéger les jeunes bovins des fortes chaleurs 
Bovins Viande
Le bardage bois amovible ou le filet brise-vent représente un bon compromis entre investissement et efficacité pour ménager une…
Publicité