Aller au contenu principal

Trouble anormal de voisinage : la modification du Code civil en faveur des agriculteurs est adoptée

Les parlementaires ont adopté définitivement le 8 avril la proposition de loi visant à protéger les agriculteurs face à la multiplication des conflits de voisinage.

Traitement phytosanitaire dans un champ à proximité des habitations.
« Il était important d’inscrire dans la loi le sujet des troubles anormaux de voisinages en définissant la vie rurale et agricole dans nos territoires », a réagi pour sa part Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture.
© S. Leitenberger

Le cas de Vincent Verschuere, jeune agriculteur dans l’Oise, condamné à plus de 100 000 euros pour trouble anormal de voisinage, et qui a mobilisé le monde agricole ne devrait pas se répéter à l’avenir. 

Le Parlement a adopté le 8 avril la proposition de loi de la députée Renaissance du Morbihan Nicole Le Peih visant à adapter le droit de la responsabilité civile aux enjeux actuels à 46 voix contre 7.

Un texte clair qui pourra je l’espère enfin mettre fin à toute ces procédures usantes

« Un texte clair qui pourra je l’espère enfin mettre fin à toute ces procédures usantes, fatigantes, qui remettent en cause notre souveraineté alimentaire et qui permettra peut-être enfin non pas de remettre" l'église au milieu du village" mais les pendules à l'heure », a commenté Vincent Verschuere sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : « Mes voisins pourront bien garder ces 106 000 euros » : l’éleveur de l’Oise définitivement condamné

« C’est une loi forte, très attendue par le monde agricole et notamment les nouveaux installés, qui vivront ainsi plus sereinement la pratique de leur activité au quotidien. Il était important d’inscrire dans la loi le sujet des troubles anormaux de voisinages en définissant la vie rurale et agricole dans nos territoires », a réagi pour sa part Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture.

Une notion de trouble anormal de voisinage précisée dans le Code civil

Pour rappel, la proposition de loi inscrit dans le Code civil le principe d’une responsabilité fondée sur les « troubles anormaux de voisinage ». Cette notion existait déjà dans la jurisprudence mais n’était pas codifiée. Surtout une exception est prévue à cette nouvelle responsabilité civile : lorsque le trouble découle d’activités, y compris agricoles, préexistantes à l’installation de la personne plaignante. 

Relire : Trouble anormal de voisinage : « il faut préserver l’activité agricole en lui permettant de se développer »

La mise aux normes des exploitations agricoles prise en compte 

Autre demande du monde agricole, que les sénateurs ont intégré dans le texte : le trouble anormal de voisinage ne sera pas caractérisé dans le cas où les activités résultent d’une mise aux normes postérieure à l’installation de la personne s’estimant lésée, ou qu’il n’est pas constaté de « modification substantielle » de nature ou d’intensité.

Lire aussi : [Vidéo] « On arrive en tant que néoruraux mais on n’a pas inventé l’eau chaude » 

Moins de contentieux en perspective en milieu rural

Ce texte entend enrayer le phénomène de multiplication de contentieux en milieu rural, avec l’arrivée de néoruraux se plaignant des bruits et des odeurs liés aux activités agricoles voisines.

Les néoruraux ne se rendent pas compte que la campagne est un lieu d’activités qui doivent pouvoir être exercées

« Parfois, les néoruraux ne se rendent pas compte que la campagne est un lieu d'activités qui doivent pouvoir être exercées », avait défendu Françoise Gatel (UDI), rapporteure au Sénat. « Lorsqu’un éleveur de poules pondeuses est contraint de passer d’un élevage en batterie à un élevage en plein air, son activité doit évoluer de manière importante mais ne pourra pas constituer de trouble », s’est-elle encore félicité.

Relire  | Trouble anormal de voisinage : moins de procès en perspective contre les agriculteurs

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

Moisson d'orge dans l'Hérault
Moisson 2024 : le top départ est lancé

La récolte 2024 de céréales a démarré le week-end dernier avec quelques jours de retard par rapport à la moisson 2023. Alors…

Jean-Marc Jancovici, président du Shift Project, devant un paysage rural.
Décarbonation : « L’agriculture est le secteur le plus complexe qu’on ait eu à regarder » reconnait Jean-Marc Jancovici qui en appelle aux agriculteurs

L’agriculture doit répondre à trois défis : produire beaucoup, produire pas cher tout en respectant l’environnement. Une…

Publicité