Aller au contenu principal

Triballat Noyal : « Pourquoi et pour qui nous avons lancé notre boisson mi-lait mi végétale »

Caroline Meeus, chef de produit pour la gamme Pâquerette & Compagnie, boissons mixant lait et alternative végétale qui arrivent ce mois-ci en grande distribution, explique à Réussir Végétal le positionnement de ce concept inattendu.

La gamme Pâquerette & Compagnie, mélangeant lait et alternative végétale, affiche des codes d'une marque "fun".
© Triballat Noyal

Fin septembre, Triballat-Noyal créait la surprise en annonçant la sortie en rayon d’une boisson lactée mi-lait (animal) mi-végétale. Caroline Meeus, chef de produit, explique à Réussir Végétal la genèse de ce choix et le positionnement de la gamme. « Triballat-Noyal a deux expertises, rappelle-t-elle : les produits laitiers et les boissons végétales (avec ses marques Sojasun, Sojade) ». Si au départ, l’idée de cette boisson mi-lait, mi-végétale a été lancée, au détour d’une réunion, un peu sur le ton du « pourquoi pas », l’idée a vite donné naissance à un projet. « Une étude nous a montré que sur 100 foyers français qui se détournent du lait, 44 n’osaient tester les boissons végétales. Avec ce produit, on vise ces buveurs de lait, en quête de nouveauté, qui se lassent un peu du lait ».

Lever les freins à la consommation de boissons végétales

« On avait identifié trois freins principaux à la consommation de boissons végétales par rapport au lait : le goût, le manque de crémeux et le prix. Notre gamme Pâquerette & Compagnie apporte des réponses à ces trois freins ». La gamme, qui contient 50 % de lait entier et 50 % de boisson végétale, propose trois références : avoine, amande ou noisette. « On garde l’onctuosité du lait de vache, à laquelle s’ajoute le goût (fruits à coque ou céréale). C’est un produit un peu plus respectueux de l’environnement par rapport au lait et plus gourmand par rapport à une boisson végétale ». Les boissons sont vendues en briques de 75 cl (et non d’un litre comme le lait ou les boissons végétales), ce qui permet de vendre l’unité à un prix raisonnable : 1,49 €.

Néanmoins « il a été assez compliqué d’expliquer le concept et le besoin qu’il pouvait y avoir aux enseignes, reconnaît la jeune chef de produit. Mais on avait avec nous une image de marque, une stratégie de communication et on leur a surtout fait goûter le produit ! » Auparavant la boisson avait aussi été testée auprès d’une quarantaine de consommateurs volontaires recrutés par un cabinet spécialisé.

Dégustation, échantillonnage et réseaux sociaux pour communiquer

Pour faire découvrir le produit, la marque mise sur les réseaux sociaux (Instagram notamment) et la dégustation. La boisson a été diffusée dans une Dégusta Box (ces box sur abonnement permettant au grand public de tester les nouveaux produits à un moindre coût). « On a eu le retour de 17 100 personnes qui ont donné leur avis ! », annonce Caroline Meeus.

Avec la crise sanitaire, les dégustations en magasins se font plus rares, mais la marque prévoit une tournée d’échantillonnage dans quatre villes de Bretagne : Rennes, Brest, Lorient et Nantes. Des briquettes individuelles de 20 cl ont été développées pour l’occasion, Covid oblige.

Côté ingrédients et approvisionnement, « nous avons une liste d’ingrédient très courte, affirme Caroline Meeus : du lait (récolté en Bretagne maximum à 15 km de la laiterie), de l’eau et en fonction des références de l’amande, de l’avoine ou des noisettes avec éventuellement un peu de sucre dans certaines recettes ».

Amandes, avoine ou noisettes ne viennent pas de France, « mais on les prend au plus proche. On essaie d’être clean label au maximum », assure Caroline Meeus. Les amandes viennent par exemple d’Espagne.

L’offre Pâquerette & Compagnie arrive ce mois-ci dans les rayons d’Intermarché, E.Leclerc, Carrefour « et peut-être Casino », projette Caroline Meeus. La marque travaille déjà sur une quatrième référence « mais il est un peu tôt pour en parler ».

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Betteraves
Cristal Union recherche 7000 hectares de betteraves pour saturer ses usines
Le groupe coopératif sucrier cherche des surfaces supplémentaires pour améliorer le fonctionnement de ses usines de Sainte-Emilie…
Publicité