Aller au contenu principal

Un temps de travail important en élevage de porcs bio

Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les Chambres d’agriculture de Bretagne en 2019-2020. L’alimentation et le paillage restent les tâches les plus chronophages.

Chacun son système, chacun son rythme ! Le temps de travail en porcherie est dépendant du mode d’élevage, du nombre de truies présentes et du taux d’engraissement. Dans les neuf élevages bio étudiés avec le naissage en bâtiment, le temps de travail hebdomadaire est en moyenne de 38 heures (23 à 67 heures) pour 67 truies présentes, ce qui équivaut à 33 heures par truie par an, versus 18 heures en moyenne en élevage conventionnel, selon la dernière enquête des Chambres d’agriculture de Bretagne réalisée en 2015. Dans les cinq élevages avec le naissage en plein air, ce chiffre monte à 37 heures en moyenne par semaine (20 à 54 heures) pour 37 truies présentes, soit 63 heures par truie et par an. Le naissage en plein air demande plus de temps qu’en bâtiment pour l’alimentation (54 % vs 51 %), un temps équivalent pour le transfert des animaux (8 % vs 7 %), la reproduction et les mises bas (8 % vs 9 %) et un temps plus faible pour le paillage et le nettoyage (16 % vs 22 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les quantités de paille ajoutées en litière accumulée ont un effet important sur l'apparition des odeurs sexuelles en lien avec la propreté des animaux. © Ifip
L’Ifip évalue les risques d’odeur de viandes des porcs mâles entiers en bio
L’Institut du porc a réalisé un bilan des risques d’apparition d’odeurs sexuelles sur les carcasses associés à la production de…
Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
Grâce au gerbeur à levée électrique, la hauteur de la caisse de vaccination est ajustée en fonction de la taille des opérateurs. © A. Puybasset
Un pont de vaccination des porcelets à moins de 2 000 euros
L’équipement mobile Eazyvac permet de vacciner les porcelets à hauteur d’homme, tout en étant facile d’emploi et peu onéreux. La…
Une évolution contrastée des abattages en porc européens

Les volumes d’abattage en porc dans l’Union européenne à 27 membres ont dépassé 245 millions de têtes…

Les données partagées au sein du réseau GEEP par plus de 500 éleveurs révèlent de grandes variations entre élevages sur les consommations d’eau. © D. Poilvet
Un outil pour suivre les consommations d’eau et d’énergie dans les élevages de porcs
Le suivi précis des consommations d’eau et d’énergie de son élevage est désormais possible grâce à l’outil Geep de l’Ifip et ses…
Les détergents sont utilisés par 66% des éleveurs. © Ifip
Nettoyage-désinfection des bâtiments d'élevage de porcs: en progrès mais peut mieux faire
L’Ifip a évalué les pratiques de nettoyage-désinfection des éleveurs à partir des données disponibles dans l’application…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)