Aller au contenu principal

Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales

Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques dans la soupe distribuée aux truies est élevé.

Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales.
© D. Poilvet

Les dénombrements des coliformes totaux et des entérocoques semblent être des critères pertinents pour juger si la qualité de la soupe distribuée aux truies gestantes et allaitantes est à risque d’apparition de diarrhées néonatales. C’est ce qui ressort d’une étude menée par Pors. spective, présentée par Romane Grandin, lors des Journées de la recherche porcine. L’étude a comparé les critères microbiologiques des soupes de dix élevages témoins à ceux de dix élevages cas, ayant au moins 20 % des portées avec diarrhées sous la mère sur au minimum deux bandes consécutives. Dans chaque élevage, deux prélèvements ont été réalisés : l’un au niveau d’une vanne gestante dans le dernier tiers de gestation et le second au niveau d’une vanne de maternité durant la première semaine de lactation.

Mieux cerner le rôle d’Enterococcus

Les résultats montrent que plus les dénombrements de coliformes totaux (> 105 UFC/ml), de levures (> 104 UFC/ml) et en particulier d’entérocoques sont élevés, plus la probabilité d’observer des diarrhées néonatales est élevée. « Dès lors qu’on dépasse 104UFC/ml d’Enterococcus dans un échantillon de soupe en gestante ou en maternité, la probabilité d’avoir des diarrhées néonatales dépasse 50 %. »

En revanche, il n’y a pas de différences significatives entre les deux groupes d’élevages sur les critères de pH, et sur le dénombrement de coliformes fécaux, de flore lactique et d’aérobies sulfito-réducteurs.

Attention à l’hygiène des soupières

Les résultats de cette pré-étude devront être confirmés par d’autres investigations, notamment pour approfondir le lien entre le dénombrement des Enterococcus spp dans les analyses de soupe et l’apparition des diarrhées néonatales à entérocoques. Les analyses réalisées en parallèle sur les porcelets ont en effet montré que dans 70 % des élevages, la bactérie Enterococcus hirae semblait être l’agent responsable des diarrhées néonatales. « Il y a une réflexion à mener sur les liens entre diarrhées néonatales, entérocoques et alimentation en soupe. »

Ces résultats soulignent l’importance de l’hygiène des cuves de préparation de la soupe et du contrôle régulier des flores dans les circuits de distribution. « Porc. spective préconise un rinçage quotidien et un nettoyage régulier avec un détergent alcalin (voire ponctuellement avec un détergent acide). Mais en l’absence de pathologie cliniquement observée et confirmée par des analyses microbiologiques de la soupe, le cabinet déconseille une désinfection de la machine à soupe. » Le risque est qu’elle détruise le biofilm positif de la soupière.

Mise en garde

Ne pas congeler l’échantillon de soupe

L’échantillon de soupe ne doit pas être congelé avant d’être envoyé au laboratoire pour évaluer sa qualité microbiologique. Une étude de Porc. spective a montré que la congélation influençait le résultat de l’analyse. Il est donc conseillé de déposer l’échantillon de soupe, sous couvert de froid, le plus vite possible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Mathieu Cazals, éleveur dans l’Aveyron. « Le Spotmix est un système performant qui permet d’alimenter la totalité de l’atelier à partir de la Faf et de travailler en bouillie pour le postsevrage. » © B. Griffoul
« Jeune installé, Mathieu Cazals estime que son exploitation est viable avec la seule production porcine »
Mathieu Cazals s’est installé sur l’exploitation familiale après treize ans de salariat en élevage. Il passe de 80 à 140 truies…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
52 % des éleveurs pensent économiser entre 10 et 20 euros par tonne d’aliment. © C. Drique
La fabrication des aliments à la ferme toujours motivante pour les éleveurs de porcs
Économiser sur le coût alimentaire est la première motivation des éleveurs qui fabriquent leurs aliments à la ferme, selon une…
Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)