Aller au contenu principal

Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales

Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques dans la soupe distribuée aux truies est élevé.

Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales.
© D. Poilvet

Les dénombrements des coliformes totaux et des entérocoques semblent être des critères pertinents pour juger si la qualité de la soupe distribuée aux truies gestantes et allaitantes est à risque d’apparition de diarrhées néonatales. C’est ce qui ressort d’une étude menée par Pors. spective, présentée par Romane Grandin, lors des Journées de la recherche porcine. L’étude a comparé les critères microbiologiques des soupes de dix élevages témoins à ceux de dix élevages cas, ayant au moins 20 % des portées avec diarrhées sous la mère sur au minimum deux bandes consécutives. Dans chaque élevage, deux prélèvements ont été réalisés : l’un au niveau d’une vanne gestante dans le dernier tiers de gestation et le second au niveau d’une vanne de maternité durant la première semaine de lactation.

Mieux cerner le rôle d’Enterococcus

Les résultats montrent que plus les dénombrements de coliformes totaux (> 105 UFC/ml), de levures (> 104 UFC/ml) et en particulier d’entérocoques sont élevés, plus la probabilité d’observer des diarrhées néonatales est élevée. « Dès lors qu’on dépasse 104UFC/ml d’Enterococcus dans un échantillon de soupe en gestante ou en maternité, la probabilité d’avoir des diarrhées néonatales dépasse 50 %. »

En revanche, il n’y a pas de différences significatives entre les deux groupes d’élevages sur les critères de pH, et sur le dénombrement de coliformes fécaux, de flore lactique et d’aérobies sulfito-réducteurs.

Attention à l’hygiène des soupières

Les résultats de cette pré-étude devront être confirmés par d’autres investigations, notamment pour approfondir le lien entre le dénombrement des Enterococcus spp dans les analyses de soupe et l’apparition des diarrhées néonatales à entérocoques. Les analyses réalisées en parallèle sur les porcelets ont en effet montré que dans 70 % des élevages, la bactérie Enterococcus hirae semblait être l’agent responsable des diarrhées néonatales. « Il y a une réflexion à mener sur les liens entre diarrhées néonatales, entérocoques et alimentation en soupe. »

Ces résultats soulignent l’importance de l’hygiène des cuves de préparation de la soupe et du contrôle régulier des flores dans les circuits de distribution. « Porc. spective préconise un rinçage quotidien et un nettoyage régulier avec un détergent alcalin (voire ponctuellement avec un détergent acide). Mais en l’absence de pathologie cliniquement observée et confirmée par des analyses microbiologiques de la soupe, le cabinet déconseille une désinfection de la machine à soupe. » Le risque est qu’elle détruise le biofilm positif de la soupière.

Mise en garde

Ne pas congeler l’échantillon de soupe

L’échantillon de soupe ne doit pas être congelé avant d’être envoyé au laboratoire pour évaluer sa qualité microbiologique. Une étude de Porc. spective a montré que la congélation influençait le résultat de l’analyse. Il est donc conseillé de déposer l’échantillon de soupe, sous couvert de froid, le plus vite possible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arnaud Collette. « Mon objectif est d’optimiser les installations existantes et de gagner en autonomie, pas d’augmenter en taille. »
« Je construis un projet équilibré autour du porc »
Arnaud Collette s’est installé en 2017 avec ses parents sur la ferme familiale à Merdrignac, dans les Côtes d’Armor. Avec la…
Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pierre et Romain (à droite) Le Foll. «Les truies sur paille donnent une bonne image de la production, tout en permettant des performances de haut niveau.»
« Nous voulons donner une bonne image de notre métier d'éleveurs de porcs»
Pierre et Romain Le Foll se sont installés le 1er janvier 2021 à la tête de l’élevage familial de 150 truies naisseur-engraisseur…
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrèsen production porcine
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrès en production porcine
En 2020, environ 15 % des porcs étaient produits en filière sans antibiotiques. Le marché est désormais considéré comme mature.
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)