Aller au contenu principal

"Notre élevage de porcs est autonome en protéines"

Les associés du Gaec du Bertrand dans l’Indre ont choisi l’autonomie alimentaire pour leur élevage de 240 truies naisseurs-engraisseurs. Ils ont intégré le soja dans leur assolement et récupèrent des tris de semences de lentilles et de pois grâce à leurs capacités de stockage.

Avec ses 335 hectares, le Gaec du Bertrand de Preuilly-la-ville, dans l’Indre, nourrit quasiment en autonomie l’élevage NE de 240 truies qui compte 1 470 places d’engraissement sur paille en label rouge et 430 sur caillebotis. « Notre stratégie a toujours été de privilégier l’autonomie alimentaire pour maîtriser les 70 % du coût de revient que représente l’alimentation.

Notre objectif est d’atteindre les 100 % sauf bien sûr pour le minéral et le 1er âge, quoique nous ayons commencé à en fabriquer avec notre soja toasté cette année », détaillent Ludovic et Anthony Bourbon, les frères jumeaux de 36 ans associés avec leur père Philippe depuis 2010 et leur frère Fabien installé en 2015. La première fabrication à la ferme avait été créée par leurs grands-parents. Le volume d’aliments fabriqués atteint désormais 2 500 tonnes par an pour 6 200 porcs vendus. L’autonomie a progressé au fil des années. « Lorsque Fabien nous a rejoints en 2015, il a repris des surfaces à 14 kilomètres d’ici. Nous avons acheté une autre exploitation en 2021. » Installés dans la petite région du Boischaut, en limite de la Vienne et de l’Indre-et-Loire, l’irrigation constitue un plus. « Nous y avons investi dans un forage et un enrouleur pour une soixantaine d’hectares de maïs. Ces installations sont aussi utilisées pour la culture de soja », explique Anthony.

Plus un seul kilo de tourteau de soja

La flambée des prix des tourteaux les conforte dans leur choix de valoriser leurs propres protéines en sus de leurs céréales. Le cahier des charges label rouge exige du soja PCR négatif, ce qui rend selon eux d’autant plus nécessaire d’éviter d’acheter du tourteau de soja importé au regard de la prime non OGM qui a flambé ces deux dernières années.

Outre le pois, dont ils cultivent généralement de 25 à 30 ha, sauf cette année à cause d’un problème climatique, ils insèrent la culture de soja dans leurs rotations pour la troisième année consécutive. « Cette nouvelle culture valorise l’investissement en irrigation. Elle a de nombreux avantages agronomiques. Très bon précédent du blé, le soja contribue aussi à l’allongement de notre rotation. Il facilite ainsi la gestion du désherbage. Et il ne demande que très peu d’intrants », résume Anthony, en charge des cultures.

 

 
De gauche à droite : Du pois, du soja toasté, et des lentilles, les trois sources protéiques utilisées par le Gaec du Bertrand pour assurer l'autonomie protéique de leur exploitation. © Y.Boloh
L’agriculteur a retenu une variété double, précoce, pour sa hauteur de gousse. Il ajoute de l’inoculum systématiquement au semis (38 €/ha). Les éleveurs font toaster les graines sur place par un prestataire (47 €/t). Les graines toastées leur reviennent au total entre 220 et 230 euros la tonne. Plus aucun tourteau de soja acheté n’entre dans la ferme. « Nous avons récolté 80 tonnes de graines en 2021 et nous les faisons durer le plus longtemps possible en les incorporant aux formules qui les valorisent le mieux (porcelet 2e âge, truie allaitante, voire nourrain et croissance). Le soja toasté est particulièrement appétent », indique Ludovic. Par ailleurs, le choix des variétés de blé contribue aussi à l’autonomie protéique, avec des valeurs MAT dépassant 11 %.

 

2 200 tonnes de capacité de stockage

Outre leurs productions, les éleveurs saisissent des opportunités locales proposées soit par la coopérative, soit par des négociants. Cette année, le Gaec a par exemple pu acheter 500 tonnes de brisures de pois à 20 % de protéines ainsi que des écarts de tris de lentilles à 23,5 % de protéines. Le nombre important de cellules de stockage leur permet de réaliser de telles opérations. Au total, sur son site historique, le Gaec dispose de 2 200 tonnes de stockage pour ses matières premières (15 cellules, dont trois stockages à plat et le silo de maïs humide) et de 8 cellules de produits finis. Toutes les terres ne sont pas destinées à alimenter l’élevage de porcs. Les éleveurs vendent chaque année leur excédent de maïs (une centaine de tonnes), tout leur colza et leur tournesol. Exceptionnellement cette année, ils viennent de vendre un peu de blé. « Nous avons fait les comptes pour nos besoins et nous profitons des prix hauts, même si c’est la première fois que nous faisons cela avant la récolte », indique Ludovic.

 

 
Pour pérenniser leur objectif d’autonomie, les éleveurs ont investi en 2021 dans une nouvelle fabrique d’aliments. « La précédente datait de 2002. Elle arrivait en fin de vie. Par ailleurs, nous avons doublé la taille de l’élevage depuis 12 ans. » Ils réfléchissent actuellement à installer des trackers photovoltaïques afin de produire leur propre électricité, l’augmentation des coûts les incitant également à rechercher l’autonomie énergétique.

 

Du maïs humide incorporé dans les aliments distribués à sec

En 2021, le Gaec du Bertrand a confié à Charente élevage service la construction d’un silo tour de 500 tonnes pour conserver du maïs sous forme humide et l’incorporer jusqu’à 18 % dans des aliments distribués à sec, aussi bien sur des aliments d’engraissement que pour les truies et les porcelets. Le Gaec réduit ainsi l’empreinte carbone de son élevage en se passant des trajets jusqu’au séchoir de la coopérative et du séchage, le coût du silo par an (27 €/t) représentant de plus quasiment le coût du séchage.

En chiffres

Un assolement pour satisfaire les besoins de l’élevage

130 ha de blé tendre (75 q/ha)
20 ha d’orge d’hiver (75 q/ha)
5 ha de pois mais 25 normalement (40-45 q/ha)
38 ha de soja (28 q/ha en 2020, 32 q/ha en 2021)
52 ha de maïs grain (120 q/ha en irrigué)
43 ha de tournesol (25 à 30 q/ha)
22 ha de colza (35 q/ha).

« Le soja toasté est bien valorisé »

Jean-Claude Teiton, technicien Cirhyo

 

 
Jean Claude Teiton, technicien Cirhyo © Cirhyo
« Préoccupés par leur autonomie, les associés ont adapté leur assolement afin de s’isoler le plus possible du marché grâce à un système simple et résilient. Le soja toasté est valorisé dans les formules croissance (3 %), et surtout en porcelet (19,5 %) et truies allaitantes (16 %) dans lesquelles il contribue à l’apport protéique et énergétique. Ces graines sont en effet à 38 % de protéines et près de 20 % de matière grasse. Les aliments de gestation et le finition n’en contiennent pas. Le soja présente un intérêt certain pour les agriculteurs de la région, dès lors qu’il est irrigué. Il s’intègre facilement dans des rotations avec des céréales, des légumineuses et des protéagineux. Le toastage consiste à chauffer les graines de soja crues pour diminuer leur teneur en facteurs antitrypsiques. La récolte de soja peut être aussi valorisée par un procédé d’extrusion qui extrait une partie de l’huile afin de produire un tourteau dit expeller. Ce tourteau peut être utilisé en plus grande quantité dans les aliments d’engraissement. Enfin, si on veut raisonner l’utilisation de ses graines de soja d’un point de vue exclusivement économique, il est parfois rentable de vendre sa récolte afin d’utiliser des tourteaux de colza, de tournesol High Pro, voire de soja non OGM si le prix d’intérêt de ces matières premières est bas. »

 

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)