Aller au contenu principal

Le Covid-19 va peu impacter le commerce mondial du porc

Pour l’Ifip, le commerce mondial du porc pourrait être peu affecté à long terme par la crise du Covid-19. Même si, pour certains, la dépendance à l’égard des exportations ou des importations est désormais considérée comme une vulnérabilité.

Les échanges mondiaux permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviennent dans certaines régions du monde, comme en Chine actuellement. © M. Sardin
Les échanges mondiaux permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviennent dans certaines régions du monde, comme en Chine actuellement.
© M. Sardin

Dans les années à venir, la crise du Covid-19 va conduire à un fort ralentissement économique. La demande va diminuer dans plusieurs parties du monde. Mais cette baisse sera différente selon les secteurs d’activité. Ce ne sera peut-être pas le cas pour le porc, en raison notamment de la demande chinoise qui s’est considérablement renforcée depuis 2019. Au plus fort de la crise, le Covid-19 a provoqué beaucoup de turbulences dans tous les secteurs agricoles. Cela a également été le cas pour la filière porcine française. L’impact a été particulièrement sensible pour les abatteurs et transformateurs qui ont parfois dû faire face à des réductions d’effectifs et des changements dans leurs débouchés. Sur le plan national, la substitution du hors domicile vers les grandes surfaces demande beaucoup d’adaptations. Les flux internationaux ont également été perturbés, tant au sein de l’Union européenne qu’avec les pays tiers, en raison notamment de difficultés logistiques. La chaîne d’approvisionnement (inter) nationale a été ralentie et risquait d’être interrompue. Tout cela a créé une grande incertitude à court terme.

Une Europe exportatrice

En réactions à ces menaces, certains économistes et dirigeants politiques ont mis en avant l’intérêt des chaînes d’approvisionnement locales pour atténuer les risques de manque de denrées alimentaires ou de débouchés. Cependant, la production porcine occupe une position particulière. Depuis des années, le secteur de l’élevage porcin s’inscrit activement dans la mondialisation, en particulier à l’échelle de l’Europe. En croissance régulière, les exportations de l’Union européenne vers les pays tiers représentent 14 % de la production européenne en 2019. Les flux sont composés de presque un tiers de coproduits, pour lesquels il n’y a pas de demande sur les marchés européens. Ces données soulignent que le commerce international a en fait deux conséquences apparemment contradictoires :

Les échanges permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviendraient dans certaines régions du monde (exemple de la Chine touchée par la fièvre porcine africaine).
Le commerce international met à disposition du marché les produits les moins coûteux en comptant sur les avantages comparatifs de différentes parties du monde. Mais ce faisant, il met en concurrence les producteurs de différentes régions. Cela implique que les régions qui résistent le moins bien voient leur production diminuer. À terme elles deviennent plus dépendantes et vulnérables.

Par ailleurs, l’augmentation de la population de la classe moyenne mondiale engendre une croissance de la demande en produits carnés et appelle à une poursuite de l’accroissement du commerce international.

Les multinationales vont se développer

Ensuite, pour profiter des avantages spécifiques de chaque région du monde et renforcer leur compétitivité, les grandes entreprises s’efforcent de se développer de plus en plus à l’international. Les échanges intrafirme facilitent le développement des échanges internationaux. Aujourd’hui, cette internationalisation des firmes prend aussi la forme d’une diversification des pays d’implantation pour répondre à des objectifs de gestion des risques. Il devient ainsi possible de continuer à approvisionner les clients malgré les « difficultés » locales (accès au marché, formalités administratives, programmes protectionnistes…). Pour le moment, il n’existe que quelques exemples d’entreprises porcines qui produisent dans plusieurs pays ou continents. C’est le cas de la multinationale d’origine brésilienne JBS, qui possède des unités de production aux États-Unis. Le groupe allemand Toennies Fleisch, présent en Allemagne et au Danemark, en est un exemple européen. En cas d’entrée du virus de la FPA en Allemagne, la société pourrait continuer d’exporter vers un certain nombre de pays clients au départ du Danemark. Le Chinois WH-Group, propriétaire de Smithfield Foods aux États-Unis, pourrait continuer à se développer dans d’autres pays, ce qui constituerait une manière d’assurer l’approvisionnement chinois.

Une traçabilité sanitaire renforcée

Par ailleurs, avec l’épisode de la FPA, les mesures de biosécurité et sanitaires vont devenir plus strictes. Les grands groupes et les filières verticalisées sont le mieux à même d’assurer une bonne traçabilité sanitaire. En cas de menace, ils pourront mettre en œuvre de façon rapide un ensemble de mesures correctrices sur l’ensemble de la chaîne de production. Leurs investissements sont orientés vers une spécialisation toujours plus poussée et des unités de production toujours plus grandes. La mondialisation crée une dépendance internationale, mais les multinationales pour atténuer quelque peu cette vulnérabilité.

Le secteur porcin s’inscrit activement dans la mondialisation

La Chine reste un débouché majeur pour l’Europe

En 2019, l’UE a exporté près de 4,5 millions de tonnes (tous produits) vers les pays tiers, dont plus de la moitié était expédiée en Chine. Les grands pays de production tels que les États-Unis et le Brésil indiquent également qu’ils veulent jouer un rôle dominant dans l’approvisionnement de la Chine. En raison de la crise de la FPA, ce dernier pays restera certainement un marché important pour les produits et sous-produits de porc pendant plusieurs années. Il y a de sérieux doutes que la relance de la production porcine chinoise et asiatique puisse satisfaire sa demande nationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Gaëlle Taniou et son frère Romain Gautreau. « Nous avons trouvé un équilibre, avec un pic de travail du 15 mars au 15 août lié aux abeilles et aux cultures. » © V. Bargain
« En élevage de porcs, j’aime la technique et toujours progresser »
Gaëlle Taniou a repris en 2018 l’exploitation familiale de 130 truies et 500 ruches, en association avec son frère Romain…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)