Aller au contenu principal

Gvet améliore la gestion des traitements

Anne Hémonic, vétérinaire à l'IFIP, a présenté GVET à l'occasion des matinées de l'IFIP au Space.
© E. Bordon

Le logiciel Gvet a été mis au point à l’initiative de l’Ifip pour informatiser le registre des traitements en élevage.

« Moderniser le registre des traitements et en faire un usage qui dépasse la seule obligation réglementaire, tels sont les objectifs de Gvet », a expliqué Anne Hémonic, vétérinaire à l’Ifip lors des matinales organisées pendant le Space. Ce logiciel a été mis au point conjointement par l’Institut du porc, l’Anses et Isagri sur la base d’un constat : dans les élevages, le registre est encore souvent sous format papier. La saisie est répétitive, occasionne des erreurs et complique les contrôles. Qui plus est, les données pourraient être mieux valorisées.

Valoriser les données

Grâce à un financement Ecoantibio, Isagri a développé Gvet sur la base de son logiciel Ediporc, déjà présent dans de nombreux élevages. Celui-ci est relié à la base de données de l’Anses et au catalogue des antibiotiques, ce qui facilite la saisie. Il peut être utilisé sur un ordinateur ou sur un smartphone, pour un enregistrement au fur et à mesure des interventions en élevage. "Une contrainte faible pour ceux qui saisissent déjà de cette manière les traitements des cultures", témoigne Guy Briend, éleveur à Hénansal dans les Côtes-d’Armor.

Les possibilités de valorisations sont nombreuses : mettre en place des alertes sur les réformes, faire un retour sur la carrière d’une truie, aider au conseil, éditer une période donnée pour préparer un contrôle…

Au-delà, il est possible d’envisager une valorisation collective : suivi de réseaux, calcul de références, accompagnement des démarches « sans antibiotique ». Et à terme, cet outil pourrait permettre de collecter des données suffisantes pour améliorer la connaissance des pratiques sanitaires en élevage et tendre vers une réduction de l’usage des antibiotiques.

Le logiciel est actuellement en phase pilote et cherche des volontaires pour le tester.

Les plus lus

Thierry Dauger, Mathieu Pouteix (au centre), avec  Philippe Chanteloube, directeur de Cirhyo. « Le choix de l’agrandissement assure un système durable dans le temps. »
« Nous avons rénové et agrandi notre atelier porcin pour anticiper l’avenir »

Dans la Creuse, les associés du Gaec Le Breuil ont investi dans la rénovation et l’agrandissement de leur atelier porcin afin…

construction d'un bâtiment porcin
Le coût des bâtiments porcins a flambé

Le coût des bâtiments porcins a fortement augmenté entre 2015 et 2023, selon l’Ifip. Cette hausse importante s’est…

porcs bio sur paille
Porc mâle entier : comment minimiser le risque d'odeurs en engraissement sur paille?

Le projet Farinelli établit des recommandations pour l’élevage de porcs mâles entiers en bâtiments alternatifs afin de…

Les porcelets préfèrent la luzerne à un matériau manipulable
La luzerne limite la caudophagie chez les porcelets

La distribution d’une balle de luzerne déshydratée dans un râtelier à des porcelets en post-sevrage est un moyen efficace pour…

réglage de la ventilation dans un bâtiment porc
Moins d’ammoniac dans des salles d’engraissement de porc avec une température plus froide

Une étude, menée par l’Ifip, montre que réduire la température ambiante à 16 ou 18 °C permet de baisser les émissions d’…

Les porcs mâles entiers sont plus actifs et par conséquent plus agressifs aussi. Des moyens existent pour réduire cette agressivité.
Comment réduire l’agressivité des porcs mâles entiers

Les mâles entiers sont significativement plus actifs que les mâles castrés et les femelles en élevages conventionnels comme en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)