Aller au contenu principal

Des alimentateurs de précision pour limiter le coût alimentaire des porcs en engraissement

Arnaud Jolly a investi dans des Selfifeeder GFI d’Asserva pour alimenter individuellement ses porcs charcutiers produits en production biologique. Comme en production conventionnelle, cet investissement peut être rentabilisé par les économies générées sur la consommation d’aliment.

À Plurien dans les Côtes-d’Armor, Arnaud Jolly finalise la conversion de son atelier de porcs conventionnel en élevage bio de 180 truies naisseur-engraisseur avec la filière Le Gouessant-Syproporcs. Il a pour cela investi dans un grand bâtiment d’engraissement sur paille permettant de loger 1 200 porcs charcutiers en grandes cases de 200 places. Pour les alimenter, il a opté pour les Selfifeeder GFI d’Asserva qui permettent une distribution individuelle à chaque animal sur la base d’un plan de rationnement préétabli.

« J’ai choisi ce système essentiellement pour gagner en main-d’œuvre », soulignait l’éleveur, lors de la porte ouverte organisée le 1er avril dernier. « Il permet d’automatiser entièrement le rationnement et la distribution de l’aliment, ainsi que le tri des porcs charcutiers pour les départs. » Pour cela, les porcelets sont bouclés individuellement en maternité avec des puces RFID permettant leur reconnaissance à l’entrée de la zone d’alimentation et dans les réfectoires. Des gains substantiels sont à prévoir : baisse de l’indice de consommation et du coût alimentaire, d’autant plus élevé que l’aliment est biologique, amélioration du TMP et une proportion de porcs dans la gamme qui devrait approcher les 100 %. « La rentabilité de cet équipement est également prouvée en production conventionnelle, notamment depuis que le prix de l’aliment a augmenté », précise Mathieu Soulabaille, responsable commercial Asserva.

1 800 m2 de bâtiment

Le bâtiment est également novateur dans sa conception. Ses dimensions (90 mètres de long par 20 m de large) sont nécessaires pour respecter les normes de surfaces imposées par le bio (1,3 m2 par porc de surface couverte). De grandes ouvertures latérales permettent un accès à une aire extérieure ouverte sur les trois côtés (1 m2/par porc). Les porcs seront logés sur paille. Sur ce poste également, l’éleveur a voulu limiter le temps de travail et la pénibilité, en installant un rail suspendu qui permettra le convoyage des ballots de paille au moyen d’un grappin. Arnaud Jolly exploite 60 hectares de SAU bio autour de son élevage, ainsi que 80 hectares en conventionnel sur un autre site. Il est de ce fait autonome en paille. Le fumier sera incorporé dans la station de méthanisation qu’il gère avec deux autres agriculteurs.

Les fournisseurs

Charpente : Berthelot
Maçonnerie : Maison Bleue
Filets brise-vent : Eurosom
Alimentation : Asserva
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
« Tous les projets de la Cooperl sont examinés sous l’angle carbone »
La Cooperl a pour objectif d’accélérer la décarbonation de sa filière, de l’élevage jusqu’aux outils de transformation. Pour cela…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)