Aller au contenu principal

Acide benzoïque dans l’aliment des porcs : un impact positif sur l'environnement et l'indice de consommation

L’ajout de 0,5 % d’acide benzoïque dans l’aliment des porcs charcutiers a permis une amélioration de leurs performances zootechniques. La méthode par analyse de cycle de vie des résultats permet d’avoir une vision plus globale des changements alimentaires sur les impacts environnementaux.

L’acide benzoïque à 0,5 % dans l’aliment charcutier permet de réduire l’impact sur le changement climatique de 6 %.
L’acide benzoïque à 0,5 % dans l’aliment charcutier permet de réduire l’impact sur le changement climatique de 6 %.
© D. Poilvet

L’incorporation de 0,5 % d’acide benzoïque dans l’alimentation des porcs charcutiers a des impacts positifs sur l’environnement en comparaison à une même ration alimentaire témoin sans ajout d’acide benzoïque. D’après une analyse de cycle de vie (via l’outil Sustell), cette technique permet de réduire le potentiel de réchauffement planétaire de 6 % (-0,2 kg CO2 eq/kg de poids vif). 

Lire aussi : Réduire les gaz à effet de serre en baissant l’indice de consommation des porcs charcutiers

Cela s’explique par des réductions des impacts environnementaux de la fabrication de l’aliment et de la production de viande de porcs sur le changement climatique, permises par l’amélioration des performances zootechniques. En effet, les porcs alimentés avec les aliments croissance et finition contenant 0,5 % d’acide benzoïque ont présenté de meilleures vitesses de croissance sur l’ensemble de l’engraissement que les porcs du lot témoin alimentés avec les mêmes aliments, mais sans acide benzoïque (939 vs 905 g/j). Aucune différence sur les consommations journalières moyennes des porcs en engraissement n’est constatée entre les deux lots ; ainsi l’indice de consommation des porcs du lot avec acide benzoïque est amélioré (2,45 vs 2,56 pour les porcs du lot témoin) et leur durée d’engraissement moyenne est réduite de plus de 2 jours (90,6 jours vs 93,0 jours).

Réduction de l’eutrophisation des eaux

D’autres avantages environnementaux ont été mis en avant par la méthode d’analyse de cycle de vie. On constate notamment une diminution de l’eutrophisation des eaux douces de -7 % et des eaux marines de -9 %. En effet, la fabrication d’aliment pour les porcs est le facteur qui contribue le plus à l’eutrophisation des eaux douces (73 %) et des eaux marines (67 %) dans ce contexte. Ainsi, une moindre consommation d’aliment par le lot acide benzoïque permet un impact positif sur l’eutrophisation des milieux. De plus, la réduction des émissions d’ammoniac y contribue aussi, tout comme la réduction des problèmes de santé respiratoires (-11 %).

 

 
Acide benzoïque dans l’aliment des porcs : un impact positif sur l'environnement et l'indice de consommation

Moins d’émissions d’ammoniac au bâtiment

L’analyse des flux d’azote a permis de mettre en évidence une meilleure rétention de l’azote ingéré par les porcs du lot avec acide benzoïque (+ 3,4 %) et une moindre excrétion d’azote (- 5 %). L’acide benzoïque métabolisé en acide hippurique excrété dans le lisier permet d’acidifier ce dernier et d’y maintenir l’azote ammoniacal. On constate ainsi une réduction des émissions d’ammoniac de 17 % dans les salles où les 72 porcs du lot acide benzoïque étaient logés, et ce avec des aliments formulés à bas taux protéique (14 % pour l’aliment croissance et 13 % pour l’aliment finition). L’analyse de cycle de vie a également mis en évidence une réduction des émissions de méthane de 3 % pour la gestion des lisiers. Ces résultats ont été récoltés pour une bande d’engraissement de 144 porcs entre janvier et mai. L’analyse de deux autres bandes de porcs suivies à d’autres saisons permettra de confirmer ou infirmer ces résultats.

Solène Lagadec et Constance Drique, solene.lagadec@bretagne.chambagri.fr

Le saviez-vous

L’acide benzoïque agit en améliorant la morphologie de l’intestin, notamment la taille des villosités par lesquelles s’effectue l’absorption des nutriments. Il améliore ainsi l’efficacité alimentaire. Il peut également améliorer les performances sanitaires en abaissant le pH intestinal qui aide à la suppression des agents pathogènes et à l’amélioration de la biodiversité du microbiote intestinal.

Côté biblio

Benzoic acid reduces environmental impact in fattener pig diets using life cycle assessment. Pérez Calvo, E., Lagadec, S., Drique, C., Planchenau, D., Potot, S. et Valliere, C., 2023. 74 th EAAP Annual Meeting.

Partenaires

Dsm - Firmenich

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Thierry Dauger, Mathieu Pouteix (au centre), avec  Philippe Chanteloube, directeur de Cirhyo. « Le choix de l’agrandissement assure un système durable dans le temps. »
« Nous avons rénové et agrandi notre atelier porcin pour anticiper l’avenir »

Dans la Creuse, les associés du Gaec Le Breuil ont investi dans la rénovation et l’agrandissement de leur atelier porcin afin…

porcs bio sur paille
Porc mâle entier : comment minimiser le risque d'odeurs en engraissement sur paille?

Le projet Farinelli établit des recommandations pour l’élevage de porcs mâles entiers en bâtiments alternatifs afin de…

(archives)
Installations en élevage : Le porc attire toujours des jeunes

Les statistiques publiées par la Mutualité sociale agricole (MSA) pour l’année 2022 révèlent une stabilité des installations d…

Les porcelets préfèrent la luzerne à un matériau manipulable
La luzerne limite la caudophagie chez les porcelets

La distribution d’une balle de luzerne déshydratée dans un râtelier à des porcelets en post-sevrage est un moyen efficace pour…

réglage de la ventilation dans un bâtiment porc
Moins d’ammoniac dans des salles d’engraissement de porc avec une température plus froide

Une étude, menée par l’Ifip, montre que réduire la température ambiante à 16 ou 18 °C permet de baisser les émissions d’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)