Aller au contenu principal

Fourrage
Une gestion de l’herbe précise pour contenter ovin et bovin

En Saône-et-Loire, Arnaud et Nicolas Dupont gèrent au plus précis leurs prairies. Les troupes ovines et bovines sont complémentaires et doivent tirer profit de cette mixité.

Sur la ferme d’Arnaud et Nicolas Dupont, les brebis partagent aussi leurs prés avec les vaches. En Gaec avec leur mère au Sud de la Saône-et-Loire, ils possèdent aujourd’hui 215 hectares, dont 240 d’un seul tenant autour de la bergerie et du bâtiment bovin. Le parcellaire est composé de 35 hectares de céréales (triticale, orge), de 30 ha de prairies temporaires et de prairies permanentes pour le reste de la SAU.

« L’élevage bovin en Saône-et-Loire a une particularité historique. Le métier d’emboucheurs était répandu, les éleveurs achetaient des veaux maigres qu’ils engraissaient ensuite. Ces ateliers spécifiques d’engraissement étaient calés sur la pousse de l’herbe », explique Laurent Solas, de la chambre d’agriculture départementale. Le bocage bourguignon produit des parcelles de taille souvent restreintes, délimitées par les fameuses haies. Le relief est vallonné et des cours d’eau sillonnent le fond des vallons. « La gestion de l’herbe se doit d’être très précise et elle peut s’avérer chronophage », souligne Nicolas Dupont, installé depuis 2012 sur l’exploitation parentale. Le troupeau bovin du gaec comptabilise 200 vêlages par an, en pur charolais. Les mises bas ont lieu de novembre à décembre en bâtiment.

Et les ovins dans tout ça ? Lorsque les vaches délaissent les prés pour vêler au chaud, les brebis entrent en action pour pâturer la ressource en herbe encore disponible. « Cela permet de limiter la perte de fourrage sur les parcelles peu portantes en hiver », appuie Nicolas Dupont.

La troupe de 180 brebis mères est gérée en deux lots (plus les agnelles), qui ne vont pas pâturer de la même façon. Un premier lot de 60 brebis va paître de mi-novembre au 20 décembre, ce sont les croisées charollaises x Suffolk x Romane, alliant qualité herbagère, prolificité et conformation bouchère. En décembre, elles rentrent donc en bergerie pour la mise bas et ressortent dès fin février sans leurs agneaux, qui sont sevrés à 60 jours et sont engraissés en système 100 % bergerie. Lorsque ce lot est remis à l’herbe, les brebis sont remplacées dans le bâtiment par les agnelles qui se préparent aux mises bas.

Le deuxième lot, constitué de 110 Mouton charollais pur, met bas en février – mars. Dès que le temps s’adoucit, les brebis suitées peuvent à nouveau sortir, mais sont rentrées la nuit tant que la température reste incertaine.

Les associés ont décidé de mettre sur une même parcelle en simultané les brebis avec les génisses et les vaches, pour un chargement maximum de 2 UGB/ha. Les éleveurs ont remarqué que les brebis étaient en meilleur état lorsqu’elles pâturent avec les vaches que quand elles sont conduites en spécialisé. « Les brebis trient beaucoup et ne vont manger que le meilleur, explique Arnaud. Elles profitent de l’action de nettoyage des vaches qui vont ingérer l’herbe haute. Les brebis ont ensuite accès à la jeune repousse appétente. » Les bovins permettent d’être la variable d’ajustement pour le pâturage des ovins. La troupe ovine conduite seule passe après les vaches, cela permet d’éviter d’être débordé par l’herbe tout en faisant baisser la pression parasitaire. « Les bovins sont un moyen de garantir de l’herbe aux moutons sans avoir besoin de passer mécaniquement pour gérer les refus que ces derniers laissent en cas de conduite spécialisée », apprécie Arnaud Dupont, qui gère l’atelier ovin du Gaec. Les éleveurs placent également les agneaux et leurs mères qui ont le plus besoin de reprendre de l’état dans les prairies les plus riches de fond de vallon. « Il faut néanmoins être très vigilant car ces parcelles sont submersibles du fait du ruisseau qui passe à travers ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
On compte 921 loups en France 
La profession l’avait préssenti : la population de loups était largement sous-estimée par les pouvoirs publics. Le comptage le…
Le loup est présent dans au moins 45 départements français et sa population aurait bondi de 47 % entre la fin d'été 2021 et le printemps 2022.
Près de 11 000 brebis victimes de plus de 920 loups
Alors que les chiffres de la prédation 2021 sont enfin accessibles, un autre coup de tonnerre ébranle la profession ovine déjà…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre