Aller au contenu principal

Les pois toastés ne tiennent pas leurs promesses

Comptez un coût de 55 euros la tonne pour le toastage.
Comptez un coût de 55 euros la tonne pour le toastage.
© Ciirpo

 

 
Laurence Sagot, Institut de l’élevage/Ciirpo. © Ciirpo
« Le remplacement d’un complémentaire azoté par du pois en graines entières se traduit par une baisse des vitesses de croissance des agneaux sevrés de 20 %. La durée de finition est ainsi majorée d’une semaine pour un même poids de carcasse. En effet, la teneur en protéines digestibles est alors de l’ordre de 80 à 90 g, soit nettement inférieure aux 100 g préconisés. Le toastage consiste à chauffer les graines à 310 °C à l’aide d’un brûleur à fioul pour que le cœur de la graine atteigne 120 °C.

 

« Les indices de consommation ne sont pas améliorés avec le pois toasté »

Cette opération permettrait d’augmenter le taux de protéines assimilables dans l’intestin. Afin d’en mesurer les effets sur les performances des agneaux en finition, deux essais* ont été réalisés avec des mélanges fermiers distribués à volonté comprenant 40 % de pois, crus ou toastés.

Une faible augmentation des protéines

Avec seulement 8 et 10 de PDI par kilo brut pour les deux lots de pois, la majoration liée au toastage est moins importante que celle attendue. Le pois toasté étant incorporé à raison de 40 %, les croissances des agneaux n’ont pas été améliorées par rapport à la graine crue. Lors du premier essai, les agneaux avec la ration de pois toastés ont consommé 5 kg d’aliment en moins du sevrage à la vente. Cette tendance ne s’est pas confirmée dans le second essai avec des consommations supérieures de 1,5 kg avec la ration de pois toastés par rapport à celles avec les pois crus. Le coût supplémentaire du toastage, soit environ 55 euros la tonne, n’est pas compensé par une amélioration des indices de consommation quand les agneaux ont accès au concentré à volonté. Enfin, les qualités de carcasse, état d’engraissement, conformation, couleur et fermeté du gras n’ont pas été modifiées par le toastage du pois. La question de la qualité du toastage pour ces deux lots de pois, pourtant réalisée par deux prestataires différents, peut se poser. »

* Étude réalisée en 2021 et 2022 au Ciirpo, sur le site expérimental du Mourier, dans le cadre du Plan de Relance Cap protéines.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation ovine"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Damien Fraysse, 33 ans, se félicite de l'orientation prise par le Gaec. L'atelier laitier permettra à la sœur de celui-ci de s'installer en 2023.
Des brebis allaitantes aux laitières pour gagner plus
Francis et Damien sont les deux associés du Gaec Fraysse des Camps dans le Lot. Le père et le fils ont fait le pari, il y a deux…
Les 300 brebis de Pierre Orcière disposent d'une ration totalement issue de la production de l'exploitation.
« J’améliore mes conditions de travail, de la vie du sol à l’agneau fini »
Pierre Orcière est éleveur en Ardèche. Après de nombreux changements sur sa ferme, il élève aujourd’hui des agneaux de bergerie,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
Dans le Pas-de-Calais, Jean-Paul Béthencourt a mis au point une brouette à moteur pour distribuer le grains à sa troupe ovine en…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Vers une réduction de statut de protection du loup
  Depuis 1992, les loups sont de retour en France. Les conséquences sur les activités d’élevage et la ruralité sont nombreuses et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre