Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coronavirus
[Les éleveurs ovins face au Covid-19 – 5]

Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La filière ovine ne fait pas exception à la règle et nous avons donné la parole aux éleveurs qui font part de leur quotidien dans cette situation exceptionnelle. Témoignage d'un éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.

Dans un reportage télévisé, Bruno Damiens a appelé les Français a consommé de l'agneau à Pâques.
Dans un reportage télévisé, Bruno Damiens a appelé les Français a consommé de l'agneau à Pâques.
© D. Hardy

« Lundi j’ai pu faire partir 25 agneaux, ça m’allège un peu mais on reste quand même très tendus. D’autant que depuis le début de la crise, nous n’avons aucune idée de combien nous allons être payés. Même si j’ai bien conscience que l’important aujourd’hui c’est que l’on arrive à écouler nos agneaux, l’inconnu du prix s’ajoute à notre stress quotidien. Cela dit, le technicien de la coopérative nous tient tous régulièrement informés via des textos. Voici la teneur du message : « la semaine prochaine est votre tour pour la collecte. La situation est tellement catastrophique que nous ne savons pas aujourd’hui si nous allons collecter. Néanmoins au cas où, il est indispensable que vous nous envoyez vos prévisions d’agneaux avant demain midi. Tous les agneaux annoncés après ne seront pas collectés. Quant au prix, il nous est totalement impossible de vous l’annoncer, notre seul but est d’essayer de vous enlever les agneaux […] ». Je trouve important que le contact se fasse toujours, car même si nous n’avons pas beaucoup de réponses à nos questions, nous savons que nos partenaires travaillent toujours pour essayer de débloquer la situation.

Garder les agnelles et donner plus de fourrage aux agneaux

Pour ma part, je vais garder une trentaine d’agnelles à l’origine destinées à l’abattage pour la reproduction. Quant à mes agneaux, je ne préfère pas rationner lors du sevrage, je risque d’avoir de la casse. Par contre, je distribue du fourrage de bonne qualité (paille et foin) quasiment à volonté, comme ça ils se remplissent la panse et consomment un peu moins de concentré, même s’il est servi à volonté. J’ai aussi souscrit à un prêt à taux zéro, puisque c’est un geste des banques pour aider les petites entreprises. Le problème qui commence à pointer aujourd’hui concerne les agneaux sous signe de qualité, tel que les IGP ou Label Rouge. Si nous ne pouvons les vendre à temps, les agneaux vont trop grossir, seront déclassés d’une part, mais avec l’engorgement actuel du marché, ils seront tout simplement invendables. Et le problème du référencement des produits dans les grandes surfaces posent aussi problème. En effet, l’IGP agneau de l’adret, par exemple, n’est référencé qu’en carcasse entière dans les supermarchés, car destiné au rayon de boucherie traditionnelle. Or ces rayons ferment les uns après les autres et nous ne pouvons pas envoyer nos agneaux IGP en barquette car le référencement n’existe pas. Une partie peut-être écoulée via les bouchers traditionnels, mais cela représente un petit volume. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre