Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coronavirus
[Les éleveurs ovins face au Covid-19 – 4]

Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, les filières agricoles tentent de s'organiser. La filière ovine ne fait pas exception à la règle et nous avons donné la parole aux éleveurs qui font part de leur quotidien dans cette situation exceptionnelle. Témoignage d'un éleveur de brebis allaitantes dans l'Eure.

Christophe Guicheux, éleveur de brebis allaitantes dans l’Eure.
© B. Morel

« Les deux dernières semaines la vente directe a tourné à bloc ! Nous n’étions pas prêts au début, mais même en approvisionnant au maximum notre boutique, nous avons tout écoulé. Les gens se sont rués sur la viande fraîche, les produits cuisinés, tout y est passé. J’ai un peu plus peur maintenant avec les annonces de durcissement du confinement. Nos clients pourront moins facilement se déplacer. Par ailleurs, je vends normalement chez un autre producteur qui fait de l’achat-revente, à un Gamm Vert qui est aujourd’hui fermé et en ligne via ma coopérative. Et lorsque j’ai besoin d’écouler encore du volume je m’inscris à un ou deux marchés dans le week-end, ce qui me permet de vendre encore quelques agneaux de plus. Ce n’est désormais plus possible et la fermeture des marchés va poser un grave problème car beaucoup de petits bouchers passaient par ce biais là pour s’approvisionner en agneaux.

Je vois venir la période de Pâques avec pas mal d’appréhension aussi, normalement je réalise 30 % de mon chiffre d’affaire sur cette fête. Heureusement, je fonctionne en flux tendu avec mes agneaux. Les premiers qui devaient être abattus sont encore sous la mère, donc je vais peut-être les sevrer plus tôt et leur faire subir un petit stress pour ralentir la croissance. J’arriverai à reporter mes volumes, je pense… J’ai également eu le directeur de l’abattoir, qui appartient au groupe Bigard, qui m’a assuré que l’activité perdurera tant qu’il y aurait du personnel. Je ne suis pas le plus à plaindre et j’ai une pensée pour mes collègues du sud, qui ne peuvent plus abattre ou exporter leurs produits vers l’Espagne et pour qui Pâques représente une très grosse part de leur chiffre. 

Le confinement ne nous impacte pas trop sur la ferme, la circulation est bonne pour les livraisons d’agneaux, d’aliments, etc. Seule difficulté, mes deux enfants en bas âge sont dans nos pattes ! Mon épouse étant également mon associée, nous arrivons assez bien à nous organiser pour les gérer et continuer à travailler dans de bonnes conditions. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre