Aller au contenu principal

La phytothérapie souffre de sa réglementation

On le sait, la réglementation qui entoure les médicaments est lourde et très encadrée. Or les produits phytothérapeutiques dépendent de la même réglementation que tout autre traitement vétérinaire, mettant sur la sellette les éleveurs faisant de l’automédication.

Le médicament vétérinaire se définit comme « toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies animales » ou « toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l’animal ou pouvant lui être administrée en vue soit de restaurer, de corriger ou de modifier des fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique, soit d’établir un diagnostic médical ». Ces deux définitions induisent que pour avoir recours à ces substances, il faut obligatoirement une prescription provenant d’un vétérinaire.

Au niveau de la législation, le médicament vétérinaire est classé en différentes catégories. Les médicaments allopathiques, avec leur cortège d’études pharmaceutiques, pharmacologiques, toxicologiques, cliniques, etc., sont définis par une autorisation de mise sur le marché (AMM). Les médicaments à base de plantes dont l’usage est bien établi sont définis par une AMM allégée, de même que les médicaments homéopathiques. Enfin, le vétérinaire peut avoir recours au principe de la cascade ou effectuer une préparation magistrale de médicament. Dans ce cas précis, le vétérinaire doit utiliser des produits figurant dans le tableau 1 de l’Agence européenne du médicament, qui recense les traitements autorisés. « On ne trouve que très peu d’huiles essentielles ou de plantes inscrites dans ce tableau », souligne Marlène Guiadeur de l’Institut de l’Élevage.

Entre complément alimentaire et médicament vétérinaire

Pour les petits maux du quotidien, les vétérinaires peuvent jongler avec la dénomination des produits prescrits. En effet, les plantes disposant de propriétés nutritionnelles, non transformées, fraîches ou sèches, entières ou coupées, appartiennent à la catégorie des matières premières pour l’alimentation animale. Lorsque ces plantes sont transformées, elles intègrent la catégorie des additifs pour l’alimentation animale. Ces additifs ont, pour une grande majorité, une action préventive ou curative sur les problèmes de santé animale. Cependant, ils ne doivent revêtir aucune allégation médicale, sans quoi ils sortent du cadre alimentaire.

Ces suppléments nutritionnels peuvent être facilement mis en place pour soigner de la toux, renforcer le système immunitaire en vue de l’agnelage ou de la mise à l’herbe des agneaux. Mais pour ce qui est des gros soucis de santé, tels qu’une mammite gangréneuse chez une brebis ou une coccidiose sévère pour un agneau, ce type de prescription ne saura être suffisante.

Vers un assouplissement de la réglementation européenne ?

L’Anses et les autorités sanitaires françaises tolèrent alors que les vétérinaires français fassent des prescriptions hors du cadre réglementaire européen, mais ceux-ci ont alors l’entière responsabilité quant à la mise en place de ces traitements. « Le vétérinaire va devoir définir un délai d’attente qui commence à la fin du traitement », développe le docteur Guiouillier, vétérinaire rural en Mayenne. Avec des médicaments référencés pour d’autres espèces animales, il y a un délai forfaitaire qui s’applique, de sept jours pour les exploitations laitières et de 28 jours pour les élevages allaitants. « Lorsque les traitements ne sont pas du tout référencés, le vétérinaire va devoir définir s’il y a un risque de résidu ou non, poursuit Loïc Guiouillier. On va être davantage prudent s’il s’agit de brebis laitière en production par exemple. Et de toute manière, on ne consomme pas d’animaux ni de produits d’animaux malades. » Néanmoins, l’Anses entend les doléances des vétérinaires et professionnels de santé animale et prépare un dossier qui sera présenté à la commission européenne d’ici un an, lors de la présidence française.

Pour aller dans le sens de ce travail d’assouplissement, les dérives de la phyto-aromathérapie doivent être évitées afin d’éviter de jeter l’opprobre sur des pratiques pourtant d’avenir. « Les éleveurs doivent aussi prendre conscience que c’est un privilège de pouvoir encore avoir recours à ces médecines complémentaires, quand on voit qu’en médecine humaine, l’homéopathie n’est par exemple plus remboursée, insiste Loïc Guiouillier. Cela nous permet aussi d’avoir un arsenal thérapeutique assez large pour couvrir un maximum de situations. »

La réglementation incohérente avec le bio

Le règlement et le cahier des charges de l’agriculture biologique sont clairs. « Les produits phytothérapeutiques, les produits homéopathiques, les oligoéléments […] sont utilisés de préférence aux médicaments vétérinaires allopathiques chimiques de synthèse ou aux antibiotiques » s’ils s’avèrent efficaces. Or les études sont rares sur la phytothérapie et cette lourdeur réglementaire freine les éleveurs bio.

223 plantes pour des préparations naturelles traditionnelles

L’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab) travaille sur un assouplissement du cadre réglementaire et milite pour la création d’une nouvelle catégorie juridique : les préparations naturelles traditionnelles. Dans un document disponible en ligne, l’Itab développe ses propositions. Cette nouvelle catégorie dédiée à la pratique de la phytothérapie permettrait une utilisation facilitée de 223 plantes. Parmi cette liste figurent les plantes servant à l’alimentation des humains (artichaut, ortie, ail, thym, menthe, etc.), les plantes couramment consommées par les animaux (pissenlit, achillée millefeuille, feuilles de noyer, genévrier, etc.) ainsi que les plantes utilisées en phytothérapie humaine.

Plus d’informations sur plantesenelevage.fr et itab.asso.fr

Définition

Le principe de la cascade

Lorsque aucun médicament vétérinaire autorisé et approprié n’est disponible, le vétérinaire peut prescrire soit un médicament vétérinaire autorisé en France, pour une autre espèce ou pour une autre indication thérapeutique, soit un médicament vétérinaire autorisé dans un autre État membre ou médicament autorisé pour l’usage humain en France. En dernier recours, le vétérinaire peut prescrire une préparation magistrale vétérinaire. Le temps d’attente forfaitaire est alors de 7 et 28 jours respectivement pour le lait et la viande.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Xavier Marchand, éleveur de romanes en Ille-et-Vilaine, s'est installé en 2018 sur l'exploitation familiale. Son intérêt pour la génétique l'a poussé à sauter le pas ...
Un pied dans la sélection ovine pour diversifier le revenu
Xavier Marchand a repris la ferme familiale en Bretagne. Il conduit ses romanes en sélection et en agneaux de boucherie pour…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre