Aller au contenu principal

Débouché
Les clés de la réussite en circuits courts

Commercialiser tout ou partie de sa production en circuit court demande beaucoup d'organisation et de temps. Le volet commercialisation en doit pas être négligé, et cela prend du temps de constituer et conserver une clientèle.

Être vendeur direct, c’est exercer au moins trois métiers très différents : éleveur, transformateur et commercial.

Si le revenu généré par la vente en circuit court peut être intéressant, attention à la charge de travail importante qui nécessite une organisation sans faille. Prendre le temps de la réflexion et bien s’entourer permettent de sécuriser son projet. De nombreux outils existent
et des conseillers spécialisés sont présents dans toutes les régions pour accompagner les éleveurs que ce soit sur les aspects réglementaire, aménagement, conduite technique ou encore débouchés.

Au sommaire de ce dossier

Commercialiser tout ou partie de sa production en circuit court demande beaucoup d'organisation et de temps. Le volet commercialisation en doit pas être négligé, et cela prend du temps de constituer et conserver une clientèle.
Réussir la vente en circuit court en élevage ovin
Être vendeur direct, c’est exercer au moins trois métiers très différents : éleveur, transformateur et commercial.
Les différents circuits de commercialisation ont leurs avantages et inconvénients en termes de temps de travail. La vente sur les marchés mobilise minimum une demi-journée et il faut s'assurer d'un volume suffisant de vente pour que cela soit intéressant.
Organisation, le maître mot en vente directe
L’organisation du travail sur l’atelier vente directe est primordiale.
Nathanaëlle et Pascal Legros et Robert Bernard, les trois associés du Gaec les nuits Blanches, élèvent 500 brebis mourérous à Baratier dans les Hautes-Alpes et commercialisent environ 50 % des agneaux en vente directe depuis quelques années.
« L’agneau est un produit saisonnier et nos clients s’adaptent »
Nathanaëlle et Pascal Legros et Robert Bernard, Gaec les nuits Blanches, à Baratier dans les Hautes-Alpes, 500 brebis.
Avec deux marchés par semaine pendant la saison et le magasin à la ferme, Émilie et Émilien Bonnet ont aussi des solutions pour valoriser les invendus.
Une seule période d’agnelage et des ventes d’avril à septembre
Émilie et Émilien Bonnet élèvent 450 brebis à Lioux, dans le Vaucluse.
En fonction de l'expérience, le temps de découpe d'un agneau peut fortement varier, mais il faut compter 20 minutes minimum. Un temps à intégrer dans le calcul du coût de production.
La distance à l’abattoir, facteur clé de réussite de la vente directe d’agneau
Des outils existent pour calculer les coûts inhérents à la vente directe sur son exploitation, en incluant le temps de travail souvent pas ou peu pris
La disponibilité en main-d'œuvre est un sujet qui retient toutes les attentions et pourrait être limitant pour les ateliers fermiers dans les années à venir.
Fromagers fermiers, attention aux charges d’achats d’aliments
Commercialiser sa production en circuit court ne garantit pas un revenu supérieur au circuit long.
Publicité