Aller au contenu principal

Cap'Protéines
L’autonomie protéique pour tous

Bastien Christy modifie son système pour atteindre l'autonomie protéique de ses 300 brebis laitières.

Si les élevages ovins allaitants français sont autonomes à 83 % pour l’alimentation des
troupeaux en protéines végétales, il n’en est pas de même pour les ovins laitiers avec 68 %
d’autonomie protéique.

Pourtant, il est possible d’accroître la production de protéines en élevage grâce à des légumineuses pures, des prairies à base de légumineuses ou des mélanges céréales-protéagineux.

L’autonomie protéique pour tous De même, on peut valoriser en élevage les tourteaux et graines d’oléoprotéagineux produits en France et en Europe en lieu et place des tourteaux de soja importés.
Le programme Cap Protéines renforce les connaissances agronomiques et zootechniques et veut montrer des exemples réussis d’élevages autonomes.

Explication des enjeux.

Au sommaire de ce dossier

Les élevages de brebis laitières ont encore de la marge pour acquérir l'autonomie protéique. De nombreux leviers sont à l'étude.
Le défi de l’autonomie protéique
Si les élevages ovins allaitants français sont autonomes à 83 % pour l’alimentation des troupeaux en protéines végétales, il n’en est pas de même pour
Durant l’automne et l’hiver, les brebis sont capables de valoriser l’herbe des vignes.
Neuf leviers pour augmenter son autonomie protéique
La flambée du prix des aliments encourage à devenir plus autonome.
En 2012, le Gaec de la Manentie devient autonome en aliment à 100%.
Douze ans d’autonomie alimentaire totale pour leurs brebis laitières
Mathieu Gasc et Mickaël Soulet du Gaec de la Manentie sont totalement autonomes en aliment depuis 12 ans.
Bastien Christy modifie son système pour atteindre l'autonomie protéique de ses 300 brebis laitières.
Soja toasté et séchage en grange pour une autonomie complète
Bastien Christy élève 300 Manech tête rousse dans les Pyrénées-Atlantiques.
Cette année la sécheresse a obligé l'éleveur à apporter de l’enrubannage au pâturage dès le 11 juillet.
Pas de compléments azotés grâce à l’enrubannage distribué aux brebis
Romain Simon élève 300 brebis Est à laine Mérinos en Meurthe-et-Moselle.
Plus le chantier de fourrage est réalisé dans de bonnes conditions, plus le risque de contamination est faible.
Éviter la listeria dans l’enrubannage
La listeria peut contaminer les fourrages et proliférer dans l’enrubannage. Certaines pratiques permettent de limiter les risques.
Publicité