Aller au contenu principal

105 000 ovins commercialisés par Terrena en 2022

Les 320 adhérents de l’OP ovine de Terrena étaient invités à leur assemblée générale le 20 avril. Si les prix ont été bons en 2022, la flambée des coûts de production inquiète les éleveurs.

« Nos filières différenciées sont essentielles pour aller chercher de la valeur » ont souligné Benoît Gavaland (à gauche) et Christophe Maudet.
« Nos filières différenciées sont essentielles pour aller chercher de la valeur » ont souligné Benoît Gavaland (à gauche) et Christophe Maudet.
© V. Bargain

En 2022, 105 000 ovins, dont 81 000 agneaux, ont été commercialisés par Terrena, soit 1 % de plus qu’en 2021. Le chiffre d’affaires, à 17 millions d’euros, est en hausse de 8 %, tout comme la marge brute. « Les prix ont été bons, mais les charges d’exploitation ont augmenté de 10 %, notamment pour la collecte des animaux », ont souligné Benoît Gavaland, président de l’OP ovine de Terrena, et Christophe Maudet, directeur. 81 % des agneaux ont été commercialisés en démarche différenciée, dont 25 % en label Rouge Le Diamandin et Agneau de Brocéliande, 31 % en CCP et 21 % dans le cadre de marques d’entreprise ou de démarches locales (D’Anvial, E.Leclerc, Agneau du pays nantais, Agneau Maine Touraine, Oui Normandie, Éleveurs près de chez vous).

Un prix moyen à 7,73 euros/kgc

Le prix moyen de l’agneau de viande en 2022 a été de 7,73 €/kg équivalent carcasse (kgc), contre 7,27 €/kgc en 2021. La cotation FranceAgriMer s’établit plutôt à 7,66 €/kgc. Mais parallèlement, les coûts de production ont explosé, entraînant une baisse des revenus pour de nombreux éleveurs. « Dans ce contexte, nos filières différenciées sont essentielles pour aller chercher de la valeur, a souligné Benoît Gavaland. Nous allons continuer à concentrer nos efforts sur les démarches de contractualisation, sans jamais perdre de vue les coûts de production. » Des éleveurs s’interrogent aussi sur les moyens de réduire les coûts de production en valorisant davantage l’herbe. Et l’OP réfléchit aux possibilités d’apporter des revenus complémentaires aux éleveurs, via notamment la production d’énergie. Plusieurs offres en matière d’énergie sont déjà proposées par Terrena (achat mutualisé d’électricité, photovoltaïque, méthanisation…). Et l’OP regarde désormais de près les possibilités d’agrivoltaïsme en élevage ovin. Enfin, un appui particulier sera apporté cette année aux éleveurs dans leurs choix d’assolement pour qu’ils optimisent les aides de la nouvelle PAC, via notamment l’écorégime et les nouvelles aides couplées végétales.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre