Aller au contenu principal

Normandie : la Région travaille à la préservation des races et des végétaux agricoles

A l’issue d’une visite de l’exploitation de volailles bio « Les couvées de Brullemail », dans l’Orne, Hervé Morin, Président de la Région Normandie a dressé le bilan du plan régional de préservation des races normandes menacées lancé en 2018 et a présenté les nouveaux axes de travail pour la période 2023-2027.

présentation
Hervé Morin, président de la Région Normandie a présenté le nouveau plan de préservation.
© Biernacki/Région Normandie

Le premier plan de préservation des races patrimoniales de la Normandie avait été mis sur les rails à l’issue d’une concertation avec le monde agricole. Au total, depuis 2018, 22 races menacées ont pu bénéficier de ce plan : poule de Caumont, Cotentine, Crèvecœur, Gournay, Le Merlerault, Pavilly ; oie normande ou de Bavent, canard de Duclair ou de Rouen ; lapin normand ou blanc de Hotot, mouton de l’Avranchin, Cotentin, Roussin ; chèvre des fossés ; porc de Bayeux ; Percheron, Cob normand, âne du Cotentin, âne normand et abeille noire. Pour la période 2018-2021, 200 éleveurs normands ont bénéficié d’un accompagnement pour un montant total de 1,8 million d’euros et 455 00 euros de subventions régionales ont été attribuées afin de permettre la structuration de ces micro-filières.

Une Fédération des races de Normandie créée en 2023

La région Normandie a décidé de mette en place un nouveau plan en faveur de la préservation du patrimoine agricole pour la période 2023-2027. Chaque année, 500 000 euros seront mobilisés à cet effet. Trois nouvelles races rejoignent l’initiative de préservation : le porc blanc de l’Ouest, la poule Coucou de France et la vache normande. Une Fédération des races de Normandie sera constituée début 2023 avec pour objectifs de structurer les filières de races locales, d’en assurer la promotion, d’accompagner les éleveurs actuels et futurs et de les informer sur les aides régionales et formations existantes.

Des outils communs de valorisation des éleveurs et des produits seront mis en place. La Région encouragera la diversification en races normandes avec pour objectif minimum la multiplication de quatre races en pépinières et chez les éleveurs. Elle accompagnera les itinéraires techniques et les projets de filière (au minimum un par an) et vise l’objectif d’être présente aux côtés de 100 éleveurs professionnels par an au minimum.

préservation
La vache normande rejoint l’initiative de préservation.
© Franck Mechekour

 

Préserver le végétal aussi

Elle a par ailleurs la volonté de sortir trois races menacées à l’horizon 2027 et d’accompagner au moins 10 porteurs de projet par an dans la constitution d’un cheptel. Dans sa politique de communication de sauvegarde, la Normandie va développer un projet interrégional sur les races les plus menacées, créer une charte d’utilisation des races locales en éco-pâturage et développer des partenariats avec des conservatoires d’envergure nationale. Une nouveauté est à noter pour ce nouveau plan : la préservation et la valorisation du végétal normand. Ainsi, un inventaire des végétaux du patrimoine agricole normand (vergers, horticulture, potagers, céréales…) sera réalisé et une réflexion sera engagée pour faire émerger un projet fédérateur et des actions de valorisation et de préservation.

« La première Région en termes de diversité de races locales »

« La Normandie possède un très riche héritage de races patrimoniales, fruit d’un travail de sélection porté par des éleveurs passionnés. Cette richesse vivante fait de notre Région la première de France en termes de diversité de races locales. Certaines d’entre elles étant grandement menacées de disparition, nous nous sommes dit que le rôle de la Région était de sauver ce patrimoine et de recréer des filières qui vont dans le sens de la consommation actuelle. Nous avons aujourd’hui de belles progressions sur certaines races. Il nous faut désormais poursuivre et renforcer le travail initié depuis 2018 et fédérer davantage l’ensemble des acteurs pour valoriser et préserver ce patrimoine facteur de différenciation et créateur de valeur ajoutée pour l’attractivité de la Normandie » a déclaré Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Publicité