Aller au contenu principal

Production et consommation
Les fruits et légumes français de plus en plus privilégiés dans les achats des ménages

Sans tenir compte de la pomme de terre qui est un marché à part, la France est le quatrième producteur de fruits et légumes frais en Europe. La consommation varie clairement en fonction des classes d’âge avec une tendance générale à la hausse pour le local et le légume bio.

© Vincent Marmuse

Le Pôle légumes Hauts-de-France a tenu son assemblée générale le 23 mai à Lorgies dans le Pas-de-Calais. Lors de cette journée, Raphaël Bertrand, chargé d’études à l’unité cultures et filières spécialisées de FranceAgriMer a dressé un panorama de la production et de la consommation françaises de légumes. L’analyse est présentée dans Terres et Territoires.  

Selon les données de FranceAgriMer, « la France est le quatrième pays producteur de fruits et légumes (hors pommes de terre) en Europe, après l’Espagne, l’Italie et la Pologne », rapporte le journal en préambule. Cette production française « s’élève à près de 7,9 millions de tonnes en 2017, avec plus de 5,5 millions de tonnes de légumes ».

La carte présentée dans l’article indique que la production de légumes frais en France a baissé de 11 % entre 2003 et 2018. Cependant « après une tendance à la baisse des surfaces consacrées aux légumes, une stabilisation semble se profiler depuis au moins trois ans », précise le journal.

C’est la tomate qui arrive en tête des légumes les plus produits en France. Viennent ensuite la carotte, l’oignon et le chou-fleur.

Le chargé d’études de FranceAgriMer a également livré quelques données sur la consommation, très différente en fonction des classes d’âge. « Les 18-35 ans sont sous consommateurs de fruits et légumes frais » tandis que « les couples de seniors (65 ans et plus), les couples d’âge moyen (35 à 64 ans) et les familles dont l’aîné est majeur sont les premiers consommateurs ».

S’intéressant à l’évolution des approvisionnements des ménages, Raphaël Bertrand note un « patriotisme à l’achat, une montée en puissance de la volonté d’acheter français », avec une « croissance nette » pour le marché des légumes bio. « Une tendance qui se confirme tous les ans » et que le chargé d’étude de l’office agricole national observe notamment pour la fraise. « La balance commerciale s’est améliorée, la fraise française a repris des parts de marché sur le marché intérieur », assure-t-il.

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité