Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vu par le véto
Une gangrène de la vulve

UNE VULVE TRÈS TUMÉFIÉE et bleue par endroits.
UNE VULVE TRÈS TUMÉFIÉE et bleue par endroits.
© J.-M. Nicol

« Lundi matin, je file voir cette primipare vêlée vendredi au motif qu’elle ne se lève pas et reste dans les logettes au lieu de rejoindre la traite. Évidemment, aussi près du vêlage, il me faudra aller voir illico la mamelle qui pourrait bien nous faire une mammite toxinique, et l’utérus qui pourrait bien être enflammé ou troué par un onglon au cours du vêlage.


Tout est à peu près possible, y compris une lacération intestinale au cours d’une extraction à la vêleuse ou une « simple » blessure musculosquelettique dans la stabulation ; tout, sauf un trouble métabolique comme une fièvre vitulaire.


Je trouve la bête installée dans la logette, et mon premier geste est évidemment de lui prendre la température… Ah, d’accord ! Je vois le problème ! C’est cette vulve tuméfiée qui vire au violet, comme aussi le bord supérieur de l’anus, qui d’ailleurs est complètement masqué par cette vulve aux dimensions impressionnantes.


DU MIEUX JOUR APRÈS JOUR


Pas besoin d’aller voir les bouquins ; il s’agit d’une gangrène qui s’est déclenchée à la suite du vêlage. Ce vêlage a été difficile ; le vagin a été lacéré et la génisse a reçu de la pénicilline immédiatement après. Elle fait donc une gangrène malgré la pénicilline ! La main passe difficilement dans le vagin.


Tout ce qui est actuellement bleu n’est plus irrigué et va disparaître, en espérant qu’il n’y en pas trop dans les profondeurs ; en espérant aussi qu’elle ne meure pas sous le coup des toxines…


J’effectue de généreuses scarifications de la vulve, par lesquelles sourd immédiatement le liquide d’oedème; j’inonde la bête de pénicilline, y compris localement, et la détoxifie, histoire de lui faire passer le cap. Elle va se montrer vaillante dans les jours et semaines suivants, car il a fallu éplucher les tissus morts, explorer des cavernes vaginales, laver la zone à l’eau oxygénée et guetter le tissu de granulation. Quinze jours plus tard, elle est hors de danger mais il s’en est fallu de peu. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière