Aller au contenu principal
Font Size

Identification électronique
Une boucle pleine de promesses

Si vous le souhaitez, vous pouvez désormais commander des boucles équipées de puces pour identifier vos animaux. Testée pendant trois ans sur le terrain, la boucle RFID permet de simplifier votre travail.

C'est un excellent moyen de simplifier le travail des éleveurs.
C'est un excellent moyen de simplifier le travail des éleveurs.
© F. Mechekour

C’est parti ! Depuis début novembre, après trois années de test sur le terrain, l’identification électronique des bovins est devenue une réalité. Vous pouvez désormais commander des boucles électroniques, dites RFID, auprès de votre EDE.
Institut de l’élevage, chambres d’agriculture, EDE, éleveurs, fabricants de matériel, abattoirs… la filière s’est mobilisée à travers six projets pilotes pour tester en conditions réelles l’utilisation de la boucle RFID dans chaque secteur d’activité.
Pourquoi une telle mobilisation? Parce que c’est « un excellent moyen de simplifier le travail des éleveurs et de tous les opérateurs de la filière », résume Sébastien Duroy de l’Institut de l’élevage. « Ce système améliore la fiabilité de la traçabilité tout au long de la filière », insiste Alain Bazire, de l’EDE de Bretagne.
Vue de l’extérieur, cette boucle, fixée sur l’oreille gauche des bovins, ressemble à s’y méprendre à une boucle « conventionnelle ». Mais la puce électronique qu’elle contient intègre le numéro d’identification de l’animal pouvant servir dans de nombreuses applications en élevage, comme par exemple les alertes et passages de consignes en salle de traite, la gestion des apports de concentrés, le contrôle laitier, les pesées et tris des animaux, la connexion au logiciel de gestion du troupeau…
Cette technologie va cependant se mettre en place progressivement pour plusieurs raisons. D’abord, parce que contrairement aux petits ruminants, l’identification électronique chez les bovins restera dans un premier temps une démarche volontaire. Dans ces conditions, elle devrait donc plutôt concerner les grands troupeaux où l’identification et le passage des consignes posent parfois problème.
Ensuite, cette puce n’est pas forcément compatible avec tous les équipements (DAC, DAL…) déjà en fonctionnement dans les élevages. Cela ne devrait cependant plus poser de problèmes avec les nouveaux équipements.
Enfin le surcoût de la boucle électronique, de l’ordre d’un euro, n’incitera pas forcément à l’investissement si les besoins ne s’en font pas sentir. La généralisation de l’identification électronique à moyen terme ne fait cependant aucun doute parce qu’elle est indispensable à une valorisation par toute la filière. Les discussions au sein de l’interprofession devront d’ici là régler le problème épineux du partage du surcoût lié aux boucles RFID, afin que les éleveurs ne soient pas seuls à le supporter.
Franck Mechekour

Sommaire du dossier

Page 34 Les bovins déclinent leur identité via les ondes radio

Principe de fonctionnement

Page 38 Les sept questions incontournables avant de se lancer

En pratique

Page 40 De nombreuses applications en élevage

Assistance à la traite, DAC, DAL...

Page 46 Des valorisations très attendues par les opérateurs d’aval

Abattoirs, centres d’allotement, marchés aux bestiaux

Page 48 Les fabricants, pas tous sur la même longueur d’onde

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière