Aller au contenu principal

Le comté attaqué par des écologistes

La qualité des rivières de Franche-Comté est dégradée depuis plusieurs années, et des associations de défense de l'environnement accusent l'élevage laitier en s'appuyant sur un rapport scientifique.

comté AOP
Le comté fait évoluer son cahier des charges pour rester en phase avec les attentes sociétales.
© Cidil - Archives

Une étude scientifique parue en février 2020 établit que les causes de la dégradation de la qualité des eaux de rivière sont multifactorielles. Mais les producteurs de comté, qui représentent la principale activité des bassins versants, ont une part de responsabilité élevée. L'affaire a pris une dimension nationale quand Le Monde en a fait un reportage.

« Les consommateurs et citoyens qui nous visitent et prennent les sentiers de randonnée se font une idée de notre façon de travailler ; ils voient que les enjeux environnementaux sont pris en compte par la filière », pointe Alain Mathieu, président du CIGC, l'interprofession du comté.

Les règles de l'AOP comté intègrent la préservation du milieu naturel

La filière comté sait qu'elle travaille sur un sol karstique qui rend l'environnement fragile. Elle intègre la préservation de la ressource en eau dans ses règles de production. « Depuis 2015, il y a une limitation de la production laitière par hectare, ce qui est unique en Europe dans une AOP », rappelle Alain Mathieu.

Le futur cahier des charges intègre plusieurs points qui visent la qualité de l'eau : la limitation de la taille des fermes, les règles pour réduire les excès de fertilisation, l'interdiction de la destruction chimique des prairies... Pour l'heure, le futur cahier des charges est entre les mains de l'Inao, avant validation par l'Union européenne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière