Aller au contenu principal

Le comté attaqué par des écologistes

La qualité des rivières de Franche-Comté est dégradée depuis plusieurs années, et des associations de défense de l'environnement accusent l'élevage laitier en s'appuyant sur un rapport scientifique.

comté AOP
Le comté fait évoluer son cahier des charges pour rester en phase avec les attentes sociétales.
© Cidil - Archives

Une étude scientifique parue en février 2020 établit que les causes de la dégradation de la qualité des eaux de rivière sont multifactorielles. Mais les producteurs de comté, qui représentent la principale activité des bassins versants, ont une part de responsabilité élevée. L'affaire a pris une dimension nationale quand Le Monde en a fait un reportage.

« Les consommateurs et citoyens qui nous visitent et prennent les sentiers de randonnée se font une idée de notre façon de travailler ; ils voient que les enjeux environnementaux sont pris en compte par la filière », pointe Alain Mathieu, président du CIGC, l'interprofession du comté.

Les règles de l'AOP comté intègrent la préservation du milieu naturel

La filière comté sait qu'elle travaille sur un sol karstique qui rend l'environnement fragile. Elle intègre la préservation de la ressource en eau dans ses règles de production. « Depuis 2015, il y a une limitation de la production laitière par hectare, ce qui est unique en Europe dans une AOP », rappelle Alain Mathieu.

Le futur cahier des charges intègre plusieurs points qui visent la qualité de l'eau : la limitation de la taille des fermes, les règles pour réduire les excès de fertilisation, l'interdiction de la destruction chimique des prairies... Pour l'heure, le futur cahier des charges est entre les mains de l'Inao, avant validation par l'Union européenne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière