Aller au contenu principal

Le comté attaqué par des écologistes

La qualité des rivières de Franche-Comté est dégradée depuis plusieurs années, et des associations de défense de l'environnement accusent l'élevage laitier en s'appuyant sur un rapport scientifique.

comté AOP
Le comté fait évoluer son cahier des charges pour rester en phase avec les attentes sociétales.
© Cidil - Archives

Une étude scientifique parue en février 2020 établit que les causes de la dégradation de la qualité des eaux de rivière sont multifactorielles. Mais les producteurs de comté, qui représentent la principale activité des bassins versants, ont une part de responsabilité élevée. L'affaire a pris une dimension nationale quand Le Monde en a fait un reportage.

« Les consommateurs et citoyens qui nous visitent et prennent les sentiers de randonnée se font une idée de notre façon de travailler ; ils voient que les enjeux environnementaux sont pris en compte par la filière », pointe Alain Mathieu, président du CIGC, l'interprofession du comté.

Les règles de l'AOP comté intègrent la préservation du milieu naturel

La filière comté sait qu'elle travaille sur un sol karstique qui rend l'environnement fragile. Elle intègre la préservation de la ressource en eau dans ses règles de production. « Depuis 2015, il y a une limitation de la production laitière par hectare, ce qui est unique en Europe dans une AOP », rappelle Alain Mathieu.

Le futur cahier des charges intègre plusieurs points qui visent la qualité de l'eau : la limitation de la taille des fermes, les règles pour réduire les excès de fertilisation, l'interdiction de la destruction chimique des prairies... Pour l'heure, le futur cahier des charges est entre les mains de l'Inao, avant validation par l'Union européenne.

 

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière