Aller au contenu principal

Un projet de création de fruitière

Quatorze exploitations laitières - 13 "Guilloteau" et 1 "Lactalis" - veulent créer une fruitière à comté dans l'Ain.

Le CIGC, l'ODG du comté (organisme de défense et de gestion), soutient le projet avec un droit à produire de 300 tonnes de comté en 2020. "Il y a aussi un engouement fort des collectivités locales (communauté de communes, Département, Région) et des organismes agricoles pour dynamiser cette petite région très rurale. Le projet est aussi soutenu par l'Europe (fonds Leader)", expose Jérôme Berthier, président du Syndicat des éleveurs laitiers du Valromey, qui porte le projet en attendant la création de la coopérative fruitière prévue cet automne.

Encore deux millions de litres à valoriser

D'ici 2020, les éleveurs se prépareront à entrer dans le cahier des charges du comté. "Aujourd'hui, aucune des 14 fermes n'y répond, mais nos pratiques sont proches." L'impact financier sera essentiellement lié aux investissements nécessaires : séchage de l'herbe, changement de troupeau... Tout le lait devra donc être bien valorisé.

Les 300 tonnes de comté valoriseront rois millions de litres de lait. "Les 14 fermes représentent un potentiel de production d'environ 5 millions de litres. Il reste donc deux millions de litres à valoriser. Nous cherchons, avec les affineurs de la région, quels fromages fabriquer : raclette au lait cru, tome de montagne... en blanc ou affinés. En fonction de notre choix, le montant à investir dans l'outil de transformation ira de 3,5 à 4,5 millions d'euros." 

Les deux années de transition seront difficiles. Notamment la dernière, où les élevages devront être déjà en zéro ensilage, avec un prix du lait de marché. En outre, le contrat Guilloteau-Eurial est précaire (lire Réussir lait n° 322 p. 12). Son échéance a été encore repoussée à début septembre. "S'ils arrêtent la collecte et que le marché est déprimé, ce sera dur", conclut Jérôme Berthier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière