Aller au contenu principal

Sans OGM, le standard de demain ?

Le développement du lait et de fromages au lait issu de vaches nourries sans OGM se poursuit, pour les marchés français et allemand. Quel sera l'impact sur les élevages ?

produits laitiers
Le consommateur français ne semble pas prêt à payer plus pour le seul critère "sans OGM", mais pour un ensemble de promesses : pâturage, bien-être animal... et sans OGM.
© P. ASSET/ADOCOM/CNIEL

Cela ne vous aura pas échappé : de plus en plus de transformateurs laitiers sollicitent des éleveurs pour produire du lait certifié issu de vaches nourries sans OGM. Ils lancent chacun à leur tour des collectes séparées, des lignes de transformation dédiées, un système de traçabilité et des contrôles internes et externes ; ce qui a un coût. Ils répondent à la fois à la demande de clients allemands et de la grande distribution française. La difficulté est qu'il s'agit de deux marchés distincts, avec des réglementations et des cahiers des charges différents. Le boom du sans-OGM interroge : ce critère deviendra t-il un standard ? Tout dépendra du consommateur, répondent nos interlocuteurs dans ce dossier. Sera-t-il prêt à payer plus tous ses produits animaux ? Et si le coût du sans-OGM augmente, suivra-t-il ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Les vaches taries sont logées dans des logettes larges de 1,25 m et disposent d’un abreuvoir de 2 m de large. Les pH urinaires sont dans les clous. © SCEA de Virly
« Foin et concentrés au menu de la préparation au vêlage de nos 160 laitières »
À la SCEA de Virly, dans l’Indre, les hautes productrices reçoivent désormais, trois semaines avant vêlage, une ration sèche à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière