Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ravageurs : Mobilisation générale contre les cirphis

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les attaques de cirphis, des chenilles qui ravagent les prairies, prennent de plus en plus d'importance. La chambre d’agriculture, les collectivités territoriales et les services de l’État explorent de nouvelles voies de lutte.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les attaques de cirphis sont connues depuis 50 ans. La chenille, qui se nourrit de graminées, peut causer des dégâts très importants sur maïs et surtout sur prairies, notamment celles à base de dactyle, très appétent pour le cirphis. En quelques jours, la prairie peut être ravagée ! « Le département a des facteurs favorables au cirphis, un climat chaud et humide l’été, de l’herbe et du maïs qui permettent les pontes et l’alimentation des chenilles, explique Marie-Claude Mareaux, conseillère herbe et fourrages à la chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques. Des flux migratoires en provenance d’Espagne sont également possibles. » Les dégâts sont donc assez récurrents. « Et depuis quelques années, la fréquence des très fortes infestations augmente. 2017 et 2018 ont été des années de fortes attaques. En 2018, malgré la sécheresse, on estime que 25 000 ha de prairies ont été touchés, avec un coût de compensation des pertes de fourrages évalué à 12,5 millions d’euros. En 2019 des attaques importantes ont à nouveau été constatées au Pays-Basque et dans le Béarn.» Depuis 2002, un réseau de surveillance mis en place par la chambre d’agriculture permet d’évaluer le risque à l’échelle des petites régions. Dix-sept pièges sont relevés une fois par semaine de fin juillet à début novembre. Des avertissements assortis de recommandations techniques sont diffusés via le site de la chambre d’agriculture, la presse agricole, les coopératives, les radios locales, le BSV et un groupe Facebook (Prairies.64) créé en 2018.

Tester des solutions alternatives

La prévention passe par la diversité floristique des prairies, la rotation avec des cultures autres que des graminées (luzerne…) et par la fauche ou le pâturage. Les chenilles n’aiment pas les parcelles rases où elles n’ont plus d’abri contre le soleil et les prédateurs. Le passage d’un rouleau plein ou du troupeau avec un fort chargement permet aussi d’éliminer les chenilles. Enfin, le chaulage semble avoir une certaine efficacité. Les seuls traitements autorisés sont le Bacillus thuringiensis, bactérie qui produit une toxine mortelle pour les chenilles mais inoffensive pour les autres animaux, et l’alphamétrine, un pyréthrinoïde de synthèse. « Mais le Bacillus met trois-quatre jours à agir, ce qui complique son utilisation, notamment en cas d’attaques échelonnées, et est efficace surtout sur chenilles jeunes, indique Marie-Claude Mareaux. Quant aux pyréthrinoïdes, ils ne sont pas sélectifs et leur utilisation sur prairie contre le cirphis est soumise à autorisation d'usage et donc en sursis. » Lors d’une table-ronde organisée avec les équipes techniques de la région et des chercheurs (1) plusieurs pistes ont été envisagées : intensifier le piégeage pour mieux connaître les flux migratoires, mobiliser les données météo pour faire le lien avec les pics de pullulation, étudier d’autres moyens de lutte biologique (oiseaux, micro-organismes, plantes attractives/répulsives…), améliorer l’utilisation du Bacillus. En 2019, des pièges connectés ont été mis en place, ainsi que des bandes végétales non appétentes, et un travail sur la piste avifaune.

(1) Chambre d’agriculture, Inra, DDTM, Agence de l’eau, Université de Pau, coopérative agricole Lur Berri.
 

 

 

 

Avis d’éleveur - Christophe Fourcade, éleveur à Boumourt

« Garder les prairies rases en période critique »

« Dans le Béarn, le cirphis pose problème certaines années et m’a parfois obligé à resemer des prairies. Le traitement à la cyperméthrine, auparavant autorisée, posait le problème du délai de 15 jours avant le retour des vaches. Depuis quelques années, j’essaye donc de garder les prairies le plus ras possible aux périodes critiques pour empêcher les cirphis de s’installer. Dès mi-juillet, je fauche les prairies de fauche très ras, puis je refauche à nouveau en septembre-octobre si l’herbe a repoussé. Et sur pâtures, je broie les refus mi-juillet et les vaches pâturent dès que l’herbe repousse pour garder les prairies rases. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

chargement d'une vache de réforme
Les cotations de la vache O déprimées

En France, la cotation des vaches O a atteint fin novembre 2,96 €/kg (-3 % par rapport à 2018, -…

Vignette
Savencia et Sunlait ont négocié un prix du lait pour le début de l'année 2020
Le prix du lait de base conventionnel sera de 340,28 €/10000 l sur le premier trimestre 2020, en moyenne nationale, pour les…
Dans les essais réalisés à Trévarez, la ration de base comprend 5 kg MS d’ensilage de maïs, de l’ensilage d’herbe à volonté, et 1 kg de céréales au robot. © V. Bargain
Quelle ration pour produire du lait bio en hiver ?
La station expérimentale de Trévarez a testé plusieurs rations selon la disponibilité en fourrages et les objectifs recherchés.…
Vignette
Ravageurs : Mobilisation générale contre les cirphis
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les attaques de cirphis, des chenilles qui ravagent les prairies, prennent de plus en plus d'…
Noctus est indexé à +1,0 en résistance aux lésions Infectieuses. Il aura donc 60 % de filles en moins avec des limaces que la moyenne (10 % contre 24 %) et 25 % de filles en moins touchées par des dermatites (25 % contre 35 %). © Gejp
Les cinq nouveautés d’Evolution
Index santé du pied en race Normande, durée de gestation, homogénéité de la descendance des taureaux, efficience alimentaire… Le…
Dominique, Michèle, Annie et Fabrice Girault. « Grâce à cet équipement, nous avons récupéré suffisamment de débit et l’eau des abreuvoirs est redevenue transparente. » © F. Mechekour
« Nous avons choisi la désinfection par électrolyse »
Au Gaec Girault, en Mayenne, des problèmes de débit et de qualité d’eau ont été résolus par l’installation d’un déferriseur, d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière