Aller au contenu principal

Bruit, odeurs...
Ménager le voisinage évite les conflits


« Les causes les plus fréquentes de mésentente de voisinage avec un agriculteur sont les nuisances olfactives et les bruits intempestifs, indique Céline Dureuil, juriste à la chambre d´agriculture du Calvados. Sans compter les problèmes récurrents de plantations qui ne sont pas une spécificité agricole. Pour autant il n´existe pas de définition unique du trouble anormal de voisinage. Le degré d´anormalité est considéré au cas par cas. » Au vu de la jurisprudence actuelle, les troubles seront considérés comme anormaux si les experts constatent une nette aggravation après une extension d´activité. Toute la difficulté est donc de situer la limite au-delà de laquelle le trouble n´est plus supportable et peut être sanctionné.
Anormalité déterminée au cas par cas
Pour ce faire, les tribunaux tiennent compte principalement de facteurs tels que le moment du trouble, sa fréquence et sa durée, sa localisation dans un secteur calme ou bruyant, et la personnalité du plaignant, notamment sa sensibilité au bruit. L´idéal est évidemment d´éviter d´implanter des bâtiments d´élevage dans les zones déjà habitées. Le cas échéant, il convient de respecter les distances d´implantation des bâtiments qui varient de 50 à 100 mètres minimum selon les départements. Mieux vaut prévoir une marge de sécurité supplémentaire en fonction des possibilités de construction.
Le choix des matériaux du bâtiment peut aussi contribuer à limiter l´impact du bruit ou des odeurs sur le voisinage. L´insonorisation mais aussi le choix des horaires de travail participent au maintien d´un climat calme.
Les nuisances rurales sont à l´origine de plaintes de plus en plus nombreuses basées sur le trouble anormal de voisinage. ©S. Roupnel

Anticiper et privilégier le dialogue
Notons que les problèmes de bruit concernent autant les animaux que les machines agricoles. Certains voisins éprouvent par exemple des difficultés à supporter les plaintes de la mère et du veau que l´on vient de séparer. Prendre le temps de prévenir et de discuter avant la mise en route d´un chantier bruyant est une précaution de mise. Ces discussions permettent aussi d´expliquer qu´une exploitation agricole a des contraintes en matière d´élevage mais aussi de récolte et que son activité dépend bien souvent des conditions météorologiques. Néanmoins il convient autant que possible d´éviter les travaux bruyants tôt le matin et tard le soir.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Ferme des 1000 vaches: les porteurs du projet déboutés par le Conseil d'Etat
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la ferme des 1000 vaches…
Le chantier du nouveau bâtiment pour les vaches taries du Gaec Losser.
« Avec la hausse des prix des matériaux, notre nouveau bâtiment coûte 20 % plus cher que prévu »
Alexis Losser, un des quatre associés du Gaec Losser, en plaine d’Alsace dans…
La collecte des cinq principaux bassins exportateurs a été moins dynamique en juillet, comparée au printemps.
Des marchés laitiers fermes en lait conventionnel
À la mi-septembre, les cotations des produits laitiers se redressent.
Le robot d'alimentation sur roues alimenté par une cuisine revient, pour un troupeau de 300 VL, plus cher qu'une remorque mélangeuse ou qu'une désileuse automotrice, selon l'étude.
Combien coûte un robot d’alimentation aux 1000 litres de lait ?
L’enquête sur l’automatisation de l’alimentation en élevage bovin, publiée en 2020 par l’Idele et les chambres d’agriculture des…
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable
HADN : SILpp2, une couverture de silo consommable

« Fini les bâches en plastiques qui font perdre un temps fou et causent de nombreuses difficultés à chaque fois qu'…

« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
« Avec la bio, nous vivons bien avec 60 vaches à 8 500 litres »
Dans la Loire, le Gaec des Gauds a réussi sa conversion bio, sans baisse de productivité laitière, mais avec une profonde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière