Aller au contenu principal

Mauvais signaux pour la consommation de produits laitiers

En 2021, les achats des ménages français en supermarchés retrouvaient leur niveau d’avant Covid-19. Début 2022, presque toutes les catégories reculent.

© Réussir SA

En 2021, en supermarché, hypermarché, supérette et e-commerce, les ménages de France métropolitaine ont acheté moins de produits laitiers en volume qu’en 2020. Toutes les catégories sont concernées à l’exception des laits spécifiques (vitaminé, aromatisé, délactosé, enrichis, croissance) qui ont cru de 18,6 %, des yaourts à boire (+9,1 %) et des fromages pâtes fraîches type mozzarella (+2,6 %). L'année 2021 était malgré tout à mi-chemin entre les années d'avant Covid-19 et l'année 2020 marquée par une chute drastique du débouché de la restauration hors foyer (restauration collective et restaurants) et le plébiscite des ménages pour les produits laitiers français. En effet, la restauration collective était restée ouverte, mais les restaurants étaient fermés au premier semestre.  

Les achats 2021 sont restés supérieurs à ceux de 2019, année du début de la pandémie, pour un certain nombre de produits. La comparaison entre 2021 et 2018-2019 montre que les consommateurs avaient repris leurs habitudes d’avant Covid-19.

Dans le détail, les achats de lait conditionné baissent. Dans cette famille, avec les laits spécifiques, seul le lait entier a légèrement gagné des volumes.

En ultrafrais, la décrue se poursuit pour les yaourts et fromages frais. Les desserts frais résistaient (+4 à +5 %/2018 et 2019). Et les yaourts à boire affichaient une belle dynamique : +15 % par rapport à 2019.

Les pâtes molles décroissent

Du côté du rayon fromages, les achats progressent par rapport à 2019 et sur les cinq dernières années, avec des dynamiques de ventes différentes suivant les catégories. Les pâtes molles sont en difficulté depuis 2016. Les pâtes pressées cuites sont plutôt stables. Les pâtes pressées non cuites (raclette tartiflette) progressent. Les pâtes fraîches méditerranéennes de type mozzarella s’envolent (+50 %, à 57 000 tonnes).

Les crèmes, après des ventes stables entre 2016 et 2018, avaient trouvé une bonne dynamique, tirée par la crème UHT longue conservation (+16 % en 2021/2018). Le beurre, après une décroissance, renouait avec des ventes en hausse depuis 2018.

Un premier trimestre 2022 morose

Les chiffres consolidés pour les ventes du premier trimestre 2022 montrent une baisse des achats des ménages pour presque tous les produits laitiers ! Tous les fromages accusent le coup, même les pâtes fraîches (-4,4 % par rapport au premier trimestre 2021) et les pâtes pressées non cuites (-5,9 %). Le beurre chute de plus de 7 % et la crème UHT de 9 %. Les achats de lait conditionné baissent moins (-1,1 %). Et seuls les laits spécifiques sont en progression (+13,5 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière