Aller au contenu principal
Font Size

Littoral Normand : le contrôle sans papier en cours de déploiement

Les 4 260 adhérents de l’entreprise de conseil en élevage bénéficieront des nouvelles modalités de contrôle de performances d’ici la fin de l’année.

Supprimer tout papier, fiabiliser les données et réduire les délais de mise à disposition des résultats : tel est l’objectif de Littoral Normand en lançant une modernisation du contrôle de performances. « Cette évolution est indispensable avec l’agrandissement des troupeaux, les rythmes de traite qui s’accélèrent et le nombre de trayeurs qui augmente », souligne Thierry Hulmer, président de Littoral Normand. L’ensemble des collaborateurs sera formé d’ici la fin de l’année. Toutes les vaches vont être équipées d’une bague pâturon. La bague est munie d’une puce RFID portant les identifiants de l’animal. Une autre puce RFID est intégrée au compteur true test. Un simple bip avec un bâton de lecture sur le pâturon puis sur le tube permet d’associer l’animal à sa production. La saisie du poids de lait est faite directement en salle de traite sur smartphone. Le prélèvement de l’échantillon, en revanche, reste manuel.
« Il n’est plus nécessaire d’aller consulter le numéro d’identification à l’oreille de la vache. » Les bagues pâturons sont fournies gratuitement. « Le gain de productivité permet à l’entreprise de rentabiliser l’investissement sur trois ans. » À terme, le dispositif devrait également fonctionner avec les boucles auriculaires électroniques. Littoral Normand étudie aussi une valorisation de la bague pâturon dans le travail quotidien et "espère, début 2017, permettre aux éleveurs d’accéder directement aux données d’une vache en pointant son smartphone sur la bague ».

Un nouveau logiciel de prévision de volume en septembre

L’entreprise propose par ailleurs depuis l’automne dernier Gestadétect, une analyse qui permet de détecter les vaches pleines 30 jours après l’IA. Celle-ci est réalisée à partir d’un échantillon de lait issu du contrôle de performances et consiste à doser des protéines associées à la gestation (voir Réussir Lait juin 2015 p. 82). Le résultat est disponible sur Mil’Klic avec une alerte SMS ou mail. Mil’Klic est le nouvel outil web de gestion de troupeau, utilisable en mode connecté ou non, aussi bien par le conseiller que par l’éleveur. Il a été lancé l’année dernière. L’objectif 2016 est de réaliser 25 000 analyses Gestadétect. Son coût (un peu plus de 5 euros) est comparable à celui d’une échographie. Son principal avantage est de ne pas avoir à manipuler l’animal.

Un nouveau logiciel de prévision de volume (Prévol) sera déployé en septembre. Il intègre les nouveaux modes de gestion de la production (contrats, quotas A et B, volumes supplémentaires…). Il tient compte des courbes de lactation individuelles Génésys incluant l’effet éleveur, la génétique, la gestation et le troupeau.

Un autre chantier a été lancé avec un objectif à l’automne 2017. Il s’agit d’un nouveau rationneur intégrant les nouvelles équations Inra. Il communiquera avec différents capteurs de l’élevage (remorques mélangeuses, tanks à lait connectés…). Ce projet, initié par Littoral Normand, est réalisé en partenariat avec les entreprises de conseil en élevage des groupes Seenergi et Siel et les Ecel bretons.

Par ailleurs, un nouveau service d’accompagnement des éleveurs en phase de croissance de cheptel a été mis en place. Ainsi que des formations gratuites au logiciel de suivi de troupeau Mil’Klic : l’objectif est de former 1 000 éleveurs d’ici fin 2017. Des formations technico-économiques vont également être proposées.

Plus de 10 % des adhérents ont revu le niveau de prestations

Si l’entreprise ne manque pas de projets, elle n’échappe pas à la crise. Le nombre d’adhérents a chuté de 4,5 % en 2015 avec une baisse qui s’est accentuée à partir d’octobre. En revanche, le nombre de vaches a continué à progresser pour atteindre en moyenne 72,5 vaches contrôlées (contre 68,5 en 2014). Face à la crise, plus de 500 éleveurs sur les 4 260 adhérents ont revu le niveau de leurs prestations ces derniers mois, la plupart en réduisant le contrôle de performances, environ 10 % ont au contraire développé le conseil. Une demi-journée d’accompagnement gratuite a été proposée à 450 adhérents ayant des difficultés de paiement ou de qualité du lait.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière