Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Reproduction des bovins
L´involution utérine est un phénomène inflammatoire

Lors de l´involution utérine, les globules blancs « digèrent » 9,5 kg de muscle utérin...


L´involution utérine correspond au retour à la normale de la taille et du poids de l´utérus de la vache après le vêlage. Elle s´accompagne également du redémarrage de l´activité ovarienne : première ovulation 14 jours après le vêlage, premières chaleurs 28 jours après le vêlage.
Les lochies (mélange de liquide placentaire, de sang.) sont éliminés dans la semaine qui suit la mise-bas.
Sans involution utérine, il n´y a pas de nouvelle gestation possible. « L´involution utérine correspond à la disparition de 9,5 kg de muscle utérin en quatre semaines maximum », souligne Daniel Tainturier, chef de service de biotechnologies et pathologie de la reproduction à l´École nationale vétérinaire de Nantes.
De fait, le poids de l´utérus passe de 10 kg au moment du vêlage à environ 500 grammes un mois après.
Dans le même intervalle de temps, la longueur de la corne utérine ayant porté le veau diminue dans une proportion comparable (de 1 m à 15 cm). L´involution du col de l´utérus demande plus de temps (45 jours environ).

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l´involution utérine est un phénomène inflammatoire. Elle correspond à un afflux de globules blancs (polynucléaires) présents dans le sang.
Par conséquent, « si on injecte un anti-inflammatoire (corticoïdes...) à une vache après le vêlage pour traiter par exemple une mammite..., on retarde l´involution utérine et on favorise l´apparition de métrites, avec toutes leurs conséquences néfastes sur la fertilité ultérieure de l´animal », explique Daniel Tainturier.

Les retards d´involution traités aux prostaglandines
Les rétentions placentaires (non-délivrance dans les 24 heures après le vêlage) prédisposent également au retard de l´involution utérine en déviant les globules blancs de leur objectif. Ces derniers s´attaquent au placenta au lieu de la paroi utérine.
Dans l´état actuel de nos connaissances, il semble que ce soient les prostaglandines PgF2 Alpha secrétées par la muqueuse de l´utérus qui provoquent l´afflux des globules blancs vers l´utérus.
L´idéal consiste à vérifier l´état de l´involution utérine 30 jours après vêlage. En cas de retard, il est possible d´utiliser un traitement efficace à base d´analogues de prostaglandines (deux injections à 11 ou 15 jours d´intervalle).
Ce traitement est d´autant plus intéressant « qu´il permet de traiter efficacement l´infection responsable du retard d´involution ». Et les prostaglandines « ne laissent pas de résidus dans le lait ».
A 60 jours post-partum, le traitement à base de prostaglandines n´est plus efficace.

Le recours ultérieur aux antibiotiques donne de moins bons résultats en terme de fertilité des vaches en raison des lésions laissées par l´infection sur la muqueuse utérine.
Attention : l´involution utérine se traduit par une augmentation de l´urémie. Lorsque l´on réalise un profil métabolique, « il faut tenir compte du stade physiologique de la vache pour éviter les erreurs d´interprétation », prévient Daniel Tainturier.



L´utérus passe de 10 kg à 800 g en 25 jours. ©Source : Daniel Tainturier
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière