Aller au contenu principal
Font Size

Les métiers du lait souffrent d'un problème de méconnaissance plus que d’image

D’après un sondage Ifop mené auprès de 1 600 jeunes, le manque d’attractivité des métiers de l’élevage laitier et de l’industrie laitière est avant tout dû à un déficit d’information.

Des initiatives sont prises  localement pour faire découvrir ces métier de l'intérieur, comme par exemple dans les Hauts de France par Pôle emploi. © J. Chabanne
Des initiatives sont prises localement pour faire découvrir ces métier de l'intérieur, comme par exemple dans les Hauts de France par Pôle emploi.
© J. Chabanne

Que ce soit en élevage ou dans l’industrie, la filière laitière est confrontée à un gros problème de renouvellement des générations. Comment rendre les métiers du lait plus attractifs ? Un sondage Ifop pour le Cniel mené auprès d’un échantillon représentatif de 1 600 jeunes de 15-25 ans(1) ouvre des pistes. Certes, les jeunes n’ont pas envie de travailler dans l’agriculture ou l’agroalimentaire : tous deux arrivent en queue de peloton parmi une liste de dix propositions. Quand on zoome sur les métiers du lait, les jeunes expriment même majoritairement un rejet des métiers du lait : 85 % d’entre eux vis-à-vis de l’élevage laitier, et 71 % vis-à-vis de l’industrie laitière.

« Pour autant cela ne veut pas dire que ces métiers ont une mauvaise image, tempère Fabienne Gomant, directrice adjointe de l’Ifop. Bien au contraire, les deux tiers des 15-25 ans en ont une bonne image. » Le pourcentage grimpe même à 82 % pour ceux qui s’estiment bien informés sur les métiers de l’élevage (ou à 75 % pour ceux qui connaissent un éleveur laitier). Idem pour l’industrie. « Le problème, c’est que 88 % se disent mal informés sur les métiers liés à l’élevage laitier, 85 % sur les métiers de l’industrie. Et ils sont tout aussi mal informés sur les formations qui mènent à ces métiers. »  

Éleveur laitier, un métier qui fait sens

Le sondage montre aussi que les métiers du lait ont de réels atouts. « Les jeunes les associent à deux valeurs fortes : le savoir-faire et l’utilité sociale. » Respectivement 81 % et 75 % d’entre-eux relient ces deux critères à l’élevage laitier, à peine moins aux métiers de l’industrie laitière. « Ce sont deux valeurs auxquelles les 15-25 ans sont particulièrement attachés. » En revanche, les bonnes conditions de travail et la rémunération, deux autres critères très recherchés par la jeune génération, font partie des aspects les moins associés à l’élevage laitier. Mais celui-ci dispose d’un autre atout : 70 % des jeunes l’associent à un niveau d’autonomie important. Trois atouts donc à valoriser.

(1) 800 soumis à des questions dédiées à l’élevage et 800 à des questions dédiées à l’industrie.

A lire aussi : Les coopératives laitières mobilisées sur le renouvellement des générations

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière