Aller au contenu principal

Les cours devraient rester élevés jusque mi-2014

La reprise de la collecte de l’hémisphère sud et l’affaire Fonterra ont à peine perturbé les cotations. Pour le premier semestre 2014, il n’y aurait pas de risque d’inversion de tendance.

Les cotations des poudres et du beurre restent à des niveaux élevés.
Les cotations des poudres et du beurre restent à des niveaux élevés.
© Cniel

La demande mondiale, tirée par les émergents, est telle que les cotations des poudres et du beurre restent à des niveaux élevés, malgré la reprise de la collecte dans l’hémisphère sud, et la croissance de la production dans l’Union européenne. « Quasiment toute la production européenne, jusqu’en juin, est vendue », illustre Gérard Calbrix, économiste à Atla. « Le pic de production printanière de l’hémisphère nord, même à des niveaux record, a donc de grandes chances d’être absorbé. » Dans l’UE, le prix du lait, les bonnes conditions fourragères et la baisse du prix des aliments du bétail forment un cocktail favorable à la production laitière. Selon l’Institut de l’élevage, la collecte européenne a augmenté de 4,2 % en octobre 2013 (par rapport à octobre 2012), après +3,8 % en septembre.



Croissance timide de la collecte américaine


La hausse de la collecte est telle aux Pays-Bas et au Danemark (+8 à 9 % en septembre, octobre), que les dépassements de quota provisoires de ces pays sont de l’ordre de 5 % et 4 % respectivement. La production allemande grimpe de 3,5 % depuis trois mois, et la sur-réalisation provisoire est estimée à 2 % du quota laitier allemand. L’Irlande pourrait rejoindre le club des dépasseurs, si sa collecte continue sur le rythme effréné de ces derniers mois (+12% en septembre, +16 % en octobre). La France, la Pologne et le Royaume-Uni sont également sur des dynamiques positives. Seul le sud de l’Europe affichait des collectes encore stables en octobre. La baisse des cours des céréales pourrait changer la donne pour la fin de la campagne.
Les USA peinent à maintenir leur progression (+1% de hausse l’automne dernier) « notamment en raison de problèmes climatiques ». Dans l’hémisphère sud, la seule grosse progression est faite par la Nouvelle-Zélande (9 % en septembre).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière