Aller au contenu principal

[Santé des bovins] Une inflammation bien centrée sur le milieu du pied

Fièvre, inflammation de l’espace interdigité et évolution rapide de la boiterie signent le panaris.
© J.-M.Nicol

Quand je parle du pied, je devrais plutôt parler du « paturon » pour désigner la zone située entre les deux étuis cornés et l’articulation du boulet. Cette zone peut s’enflammer en cas de panaris, qui se manifeste par un gonflement des tissus mous bien visible en avant et/ou en arrière du pied et éventuellement tout autour de la couronne. La douleur devient plus vive à mesure que l’inflammation s’aggrave ; avec elle, la boiterie s’intensifie et l’animal devient fébrile. En l’absence de traitement antibiotique cohérent, la nécrose des tissus est telle que le panaris s’ouvre le 3e ou le 4e jour en fissurant la peau de l’espace interdigité qui laisse alors s’échapper du pus. La combinaison des trois signes que sont l’inflammation bien centrée sur le milieu du pied, la fièvre et la rapidité d’évolution de la boiterie suffisent à attester du panaris. Il est par ailleurs bien plus fréquent au pâturage qu’à la stabulation permanente.

Limace, arthrite ou abcès

Mais quand s’enflamme une zone circonscrite du paturon qui finit par suppurer sans provoquer de douleur vive, il faudra soulever le pied pour parer l’abcès. Un abcès parti de la sole, infiltré contre la muraille pour déboucher finalement le long de la couronne.

Même si elle mime un panaris, l’inflammation de l’espace interdigité accompagnée d’une douleur plutôt faible doit vous inciter à examiner avec soin l’espace interdigité. Il peut cacher un corps étranger coincé entre les onglons, ou plus souvent une limace proéminente dont la surface abimée a permis à une infection de gagner les tissus profonds. Une fois guérie, cette infection pourra motiver le retrait ultérieur de la limace.

Reste l’inflammation très douloureuse, circonscrite au talon externe d’une vache dont vous avez négligé la boiterie, au prétexte qu’elle n’était pas importante et qu’elle pouvait attendre encore un peu. Neuf fois sur dix, parti d’un banal ulcère de la sole, l’infection a eu le temps de ronger la zone pour évoluer en arthrite incurable.

Comme quoi, tout ce qui enfle et qui fait mal n’est pas du panaris !

" Le panaris, mais pas que ! "

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière