Aller au contenu principal

Désherbage du maïs
Le binage couplé au traitement sur le rang, l´alternative au tout chimique

Traiter sur le rang et biner l´inter-rang permet de limiter le recours aux herbicides, tout en assurant un désherbage efficace.


« En termes d´efficacité, le désherbage mixte du maïs fait aussi bien que les traitements chimiques en plein, affirme Jean Derenne de la chambre d´agriculture de la Manche. A condition toutefois de respecter la même règle de conduite qu´en désherbage chimique, à savoir : le maintien du maïs propre tant qu´il se montre sensible à la concurrence des mauvaises herbes, c´est-à-dire jusqu´au stade dix feuilles. »
Le désherbage mixte associant traitement chimique sur le rang et désherbage mécanique dans l´inter-rang permet de réduire d´au moins deux tiers les surfaces traitées. Or, avec moins d´herbicide utilisé, c´est autant de gagner au niveau économique et environnemental. « Cette alternative se révèle aussi un bon moyen de gérer les résistances de certaines mauvaises herbes depuis la suppression de l´atrazine, souligne le technicien en ajoutant qu´aucune plante ne parvient encore résister à un soc de bineuse !

Enfin, côté agronomique, cette technique présente un atout majeur. D´une part, en limitant l´évaporation de l´eau présente dans le sol, et d´autre part, en permettant une meilleure valorisation des pluies surtout en terres argileuses et limoneuses.
Au lieu de traiter les 75 cm du rang, on n´en traite plus que 20 cm avec une bineuse à guidage automatique. ©E. Bignon

Le système d´autoguidage des bineuses est essentiel
Toutefois, le désherbage mixte connaît aussi des limites. Le coût du matériel d´abord, qui peut se révéler excessif s´il y a peu d´utilisateurs ou si le nombre de kilomètres entre les exploitations est élevé. La productivité des chantiers assez faible peut aussi se révéler un frein. Mais les systèmes d´autoguidage permettent de pallier ce défaut. « Cet équipement est d´autant plus essentiel qu´il corrige les écarts de conduite éventuels et réduit la surface traitée grâce à une plus grande précision de la pulvérisation, estime Jean Derenne. Autre inconvénient : la disponiblité de la machine lors du dernier passage. « Autour du stade 8 feuilles du maïs, la fenêtre d´intervention ne dépasse pas dix jours. » La Cuma des quatre saisons à Carnet dans la Manche, a testé plusieurs itinéraires techniques de désherbinage, dont le coût et le temps de travail sont détaillés dans le tableau ci-dessous. La solution de traitement de pré-levée classique suivi d´un binage ou d´un désherbinage s´avère bien adaptée aux parcelles à forte pression de graminées. Le traitement chimique en plein peut aussi se réaliser en post-levée au stade 4-5 feuilles.
Dans ce cas, le binage intervient plus tard, au stade 8-9 feuilles avec buttage de la ligne de semis. Le programme 100 % désherbinage, en deux passages (autour de 4-5 feuilles, puis 8-9 feuilles), permet quant à lui de s´affranchir davantage du stade des adventices.
« Avec la nouvelle réglementation relative aux zones non traitées, applicable au 1er janvier, le désherbage mixte a une carte à jouer. Il offre notamment une alternative intéressante sur les parcelles bordées de cours d´eau, où les traitements chimiques sont interdits sur une bande de 5, 20, voire 50 mètres de large selon les produits. »

Bon à savoir
Avec le Plan végétal pour l´environnement, l´achat de certains matériels destinés à la lutte mécanique contre les adventices (désherbineuse, système de guidage.) bénéficie de subvention. Renseignez-vous auprès de votre chambre d´agriculture.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière